Actualités - Fiftytoo.be

10 idées reçues sur la ménopause

[31/08/10]

La ménopause, comme toute étape importante et souvent redoutée dans la vie d'une femme, fait énormément parler d'elle. Nous avons toutes déjà eu vent de ses terribles effets auprès de vagues connaissances... Ensemble, démêlons le vrai du faux !

Si j'ai entre 45 et 55 ans et que je ne suis plus réglée, c'est que la ménopause est là.

- Vrai
- Faux

Réponse :
Les deux à sept années précédant la ménopause, les ovaires fonctionnent au ralenti. Les cycles sont irréguliers et peuvent parfois s'arrêter alors que les ovaires produisent encore des oestrogènes. C'est la période de périménopause. Dans ce cas, il arrive souvent que le gynécologue prescrive un progestatif (dix jours par mois) qui a parfois pour conséquence de faire réapparaître les règles. On ne parle de ménopause que lorsque les règles sont inexistantes depuis un an, donc uniquement a posteriori. La période suivant les dernières menstruations est appelée, elle, « post-ménopause ».

A la ménopause, je souffrirai d'horribles bouffées de chaleur.

- Vrai
- Faux

Réponse :
C'est ni vrai ni faux. Il est vrai qu'il s'agit là du symptôme le plus connu et le plus répandu (on parle, selon les auteurs, de 2/3 ou ¾ des femmes qui connaîtraient ce symptôme). Les bouffées de chaleur sont dues à une stimulation excessive des centres cérébraux qui commandent le fonctionnement des ovaires pour compenser le manque d'oestrogènes. Ces symptômes persistent parfois 5 ans (une femme sur deux) à dix ans (Une femme sur quatre). Cependant, l'intensité de ces bouffées de chaleur est variable, toutes n'en souffrent pas. Pour les autres, des traitements hormonaux restent toujours possibles.

Une femme ménopausée, c'est terrible à supporter !

- Vrai
- Faux

Réponse :
C'est ni vrai ni faux. Dès la puberté, les femmes (et ceux qui vivent avec elles) en ont fait l'expérience au cours de leur vie : les modifications hormonales provoquent des sautes d'humeur, une hypersensibilité... Et le temps de la ménopause ne fait pas exception à la règle. Cependant, comme pour les autres périodes de la vie sujettes aux modifications hormonales, toutes les femmes ne sont pas égales face aux perturbations liées à la ménopause. Là aussi, le plus souvent, les troubles de l'humeur, voire la dépression, vont puiser leur origine dans d'autres aspects de la vie des femmes : un stress trop important, un terrain fragile, le départ des enfants, la prépension, une peur de vieillir...

Les petits ennuis liés à la ménopause passeront d'eux-mêmes, il suffit de prendre patience.

- Vrai
- Faux

Réponse :
Si l'on s'intéresse au sujet et que l'on cherche ou se renseigne un peu, Internet ou les expériences des amies de la cousine de notre voisine peuvent nous effrayer : les ennuis liés à la ménopause peuvent en effet être nombreux. Troubles de l'humeur, troubles sexuels et urinaires, peau sèche, sueurs nocturnes, diminution du volume des seins et des organes génitaux... Rassurez-vous, il est rare de connaître tous ces troubles en même temps, et d'une manière suffisamment handicapante que pour paralyser votre vie. En outre, si l'un ou l'autre de ces symptômes vous posait un réel problème dans votre vie, les traitements hormonaux existent. Prendre ces traitements de façon préventive ? Il vaut mieux l'éviter. En effet, malheureusement les effets secondaires existent, c'est pourquoi votre médecin ne vous les prescrira qu'en cas de gêne importante, pour un temps le plus court possible et avec une information détaillée.

On se casse plus facilement des membres après la ménopause.

- Vrai
- Faux

Réponse :
L'absence d'Å?strogène entraîne une perte importante de la masse osseuse, les os deviennent plus fragiles : c'est ce qu'on appelle l'ostéoporose. Mais il est possible de la prévenir par la pratique régulière d'un sport et l'absorption de quantité de calcium et d'eau fluorée, ou de vous entretenir, toujours par l'absorption de calcium et de fluor, éventuellement sous forme médicamenteuse, alors plus concentrée.

Les trous de mémoire peuvent être une conséquence de la ménopause.

- Faux
- Vrai

Réponse :
Selon les recherches neuroscientifiques, le fonctionnement intellectuel peut être affecté par l'absence ou la déficience en oestrogènes, ce qui a un impact sur la mémoire verbale à court terme. En cas de trous de mémoire handicapants, il peut être intéressant de chercher de ce côté, sans oublier cependant que le stress, l'anxiété et la dépression peuvent eux aussi nuire au fonctionnement intellectuel, notamment la concentration et donc l'apprentissage et la mémoire.

La ménopause nuit gravement à votre sexualité.

- Vrai
- Faux

Réponse :
C'est ni vrai ni faux. Il est vérifié que la ménopause a un impact sur la libido, cependant si elle peut entraîner sa baisse, on oublie souvent qu'elle peut aussi provoquer son augmentation. Mais la libido est si complexe que son intensité est également conséquence de nombreux autres paramètres (stress, anxiété, confiance en soi, image de soi, troubles physiques...) Les troubles physiologiques peuvent parfois prendre le pas sur l'envie, mais n'oublions pas qu'ils sont évitables. Enfin, savourons notre chance : au contraire des hommes qui connaissent, avec l'âge, une diminution du volume et de la force éjaculatoire ainsi qu'une période réfractaire plus longue, nous sommes toujours capable de connaître des orgasmes multiples qui, en outre, seraient plus puissants qu'auparavant.

Les rapports sexuels deviennent douloureux.

- Vrai
- Faux

Réponse :
En tout cas, parfois. Au niveau physiologique, beaucoup de choses changent : le volume des organes génitaux diminue (de par l'absence de stimulation exercée par les Å?strogènes), la lubrification naturelle est plus lente et moins abondante. Ces modifications peuvent parfois entraîner des douleurs, si l'on ne s'adapte pas à ce « nouveau corps », qui peuvent avoir pour conséquence d'atténuer voire inhiber le désir chez la femme. La sécheresse vaginale en elle-même peut également être mal vécue par la femme : elle a l'impression d'être moins pénétrable et donc moins désirable. L'utilisation d'un gel lubrifiant suffit parfois simplement pour retrouver une sexualité épanouie. Cependant il est parfois difficile psychologiquement d'avoir recours à son utilisation. On ne peut que vous conseiller de miser sur la communication et la complicité avec votre partenaireâ?¦ Parfois des oestrogènes à appliquer par voie vaginale pourront soulager les symptômes de sécheresse. Ils n'auront en revanche pas d'effet sur les autres symptômes comme les bouffées de chaleur.

Il faut absolument veiller à ne pas prendre de poids à la ménopause.

- Faux
- Vrai

Réponse :
Par peur de prendre des kilos qu'elles ne pourront plus perdre ou qui provoqueront des problèmes graves de santé, certaines femmes à l'approche de la ménopause vont se sous-alimenter, et culpabiliser au moindre kilo pris. Le meilleur conseil serait pourtant de continuer à s'alimenter de manière équilibrée, de s'accepter soi et son corps qui change. Et pour rassurer celles qui doutent encore, des chercheurs ont découvert que celles qui ont connu une petite prise de poids à la ménopause, entre deux et quatre kilos, restent en meilleure santé plus longtemps. En effet, les cellules graisseuses transforment les hormones des surrénales en hormones féminines. Une petite prise de poids atténue donc les effets de la ménopause. Et avouons-le : ces petits kilos ne vous rendent-ils pas encore plus belles et épanouies '

On peut prévenir les troubles liés à la ménopause.

- Faux
- Vrai

Réponse :
Nous l'avons déjà dit : toutes les femmes ne sont pas égales devant la ménopause. « Il y en a toujours qui ont plus de chance que moi » direz-vous ' Et bien pas forcément ! En effet, une étude a mis à jour un phénomène assez incroyable : selon les régions du monde, les femmes connaissent plus ou moins de symptômes au moment de la ménopause. Climat ' Pas du tout. Plutôt hygiène de vie et psychologie. Prenons l'exemple de deux groupes de femmes distinct. Dans le premier groupe, 80% d'entre elles ont souffert des symptômes habituels liés à la ménopause (bouffées de chaleur, troubles de l'humeur et de la sexualité...), dans le second, elles ne sont 20% à les avoir connus. Les premières vivent en Amérique du Nord, les autres en Asie.

Quelle est la leçon à tirer des secondes ?
- Elles s'alimentent de manière plus équilibrée (beaucoup de soja, vitamines B, calcium...)
- Elles ont une attitude positive par rapport à l'avancée en âge (qui est aidée par le statut honorable donné aux femmes plus âgées, considérées comme sages)
- Leur philosophie de vie les fait avancer plus sereines face aux différents changements, deuils à faire à cette période de la vie (qui, pour nous seraient le départ des enfants, la préretraite, les modifications physiologiques)
- Elles restent physiquement actives, prévenant ainsi tout risque cardiovasculaire.
- Elles continuent à avoir une activité sexuelle. A ce propos, il a été scientifiquement prouvé que les femmes ménopausées ayant une vie sexuelle active présentaient moins de symptômes. Il est vrai que le lien de cause à effet n'a pas pu être mis à jour... Cependant, ne nous faisons pas prier : mieux vaut prévenir que guérir...

Savoir plus :

Pour aller plus loin

www.menopauseafem.com

www.mamenopause.ca



© Fiftytoo.be