Souvenirs de jobs au Congo-Belge, Zaïre, République Démocratique du Congo

[pas en ligne]
St Gilles

@scuron bonsoir,
comme tous les bons rapporteurs de renseignements et délations diverses, tu es affublé d'une infirmité qui te rend très vulnérables, qui te diminue physiquement et qui t'aigri dans l'âme. Pauvre scuron, je te savais peu sociable et paranoïaque, maintenant que tu montre ta vrai nature, tous vont se méffier de toi,. Au plus tu vas jouïr de tes malveillances, au plus tu souffriras de tes sciatiques à répétitions. Un esprit aussi vif que le tien, ,ne comprend t'il pas la corélation qui existe entre tes moqueries, malveillances et les souffrances engendrées par ta malingrerie d'esprit.

Bonjour à tous,
Entre mon potage qui mijotte et mon dessert au four, je "tombe" sur la conversation.

Je n'interviendrai pas juste pour dire qu'en effet, Preux, vos interlocuteurs attendent effectivement une "description paysage" du Congo/Zaire et aussi pour confirmer vos dires.
Mon mari et moi nous avons "tenu" une année à Kinshasa et ce, pour le travail de mon époux.
Situation indescriptible ou plutôt comme vous la décrivez Preux. Depuis 32 ans nous nous sommes efforcés de ne plus y repenser! alors les beaux paysages........
C'était mon grain de sel en toute simplicité,

[pas en ligne]
Ben Ahin

fâché Prerux: parlez nous de votre congo, c'est interessant et laissez Scuron tranquille , chacun sa vie et son caractère et je pense à vous avoir lu que vous n'avez à donner de leçons de correction à personne !

[pas en ligne]
Watermael Boitsfort

Merci Joyoflifle sourire !

[pas en ligne]
Ben Ahin

très content your welcome Modération ,
avez vous des nouvelles de jeanflon ?

[pas en ligne]
St Gilles

Bonsoir à toutes et tous,
En ce moment j'ai beaucoup a faire dans mon grand jardin, récolter les prunes, cassis, groseilles à maqueraux, mirabelle, taille d'été, bouturages de plantes, compost de broussailles, rempotage, etc.....
Quand j'aurai un peu de temps, je vous raconterai mes aventures chez VICICONGO, sous les tropiques, une ligne de chemin de fer industriel à voie étroite de 60 cm, longue de plus ou moins 800 kms..
Et aussi du chemin de fer des cataractes, entre Léo et Matadi, en écartement métrique. Un mort par traversse.
A bientôt.

[pas en ligne]
Ben Ahin

c'est bien si vous avez des fruits je croyais qu'il y en avait peu cette annèe!

ok on attends pour la suite des aventures .... sourire

[pas en ligne]
Watermael Boitsfort

Joyoflife, comme vous avez pu le constater, Jeanflon reste fidèle au poste envers et contre tout clien d�œil !

[pas en ligne]
St Gilles

Bonjour Doudou n° je ne sais plus combien ?
Tu me pose des questions qui remontent à très loin, car je suis de la levée fin 1962, les TTR étaient à Mechelen et le T69 j'ignore tout à son sujet. On m'a enseigné le parachutisme à Schaffen, dans le Limbourg, fait très peu glorieux, on m'a éjecté du ballon, suis arrivé en dessous ayant pissé et chié dans mon froc, de peur. Je me suis nettoyé et ai recommencé, 2 fois. J'ai connu les " speeds marches " avec mon BC1000 sur le dos, une mitraillette sten, 4 chargeurs, un couteau au ceinturon. Le BC1000 comportait 18 tubes et une grosse batterie de piles avec 150 v/HT à l'émission, 9O V à la réception pluis les grosses piles de chauffage des filaments. A Schaffen j'ai appris a sauter avec ma radio qui pendait à une corde 20 m plus bas que moi. Je me rappel encore de l'instructeur qui disait, " si vous entendez plouf, vous avez 3 sec.
pour bien inspirer, car vous arrivez dans l'eau ". Et comme en arrivant, je n'ai pas sauté, de plus j'avais un tout nouveau ANPRC10, plus léger de 7 kg, L'avion a aterris normalement.à Kamina Je n'ai plus jamais eu l'occasion de sauter, et tant mieux ! C'etait juste au cas où ?
A Schaffen je devais faire comme les autres, traverssée du Démer, avec tout le barda sur le dos, après une " speed marche " qui conciste a marcher et courrir 1 km sur deux..A Flawine le seul dont je me rappel était un adjudant d'instruction un certain Adjudant chef Neys. A cette époque les paras n'étaient pas à Flawine, mais bien le 12 ème de Ligne pour la formation, puis après à SPA. Bataillon disciplinnaire de fortes têtes. Et je n'étais pas un para officiel, j'étais juste une pièce rapportée, au cas où ? Je me rappel un discour de bienvenue à Kamina du lieutenant Colonel Charles Laurent qui nous présentais aux para réels. qui se couvraient de gloire et d'honneur à Stanleyville. Les noirs fuiaient devant eux,
A ma connaissance il y avait des commandos (codo) qui faisaient une formation complémentaire à Schaffen, mais tous n'étaient pas automatiquement parachutistes. Seul les volontaires l'étaient. Personnzellement j'ai été tiré au sort, car il fallait un radio, et je n'ai jamais sauté effectivement..

Il n'y a pas de beaux paysages au Congo, soit c'est la ville avec la saleté et... on est obligés d'y être pour vivre et se nourrir, soit c'est la petite brousse avec des arbres et un fouillis de verdure dans lequel tu ne peux pas passer, mais des bestioles et.... les maladies que tu peux attraper !
Mon chat aussi s'est fait massacrer par un serpent ! Charmant !
Je ne retournerais pour rien au monde dans ce pays qui a d'ailleurs dégringolé de plus en plus depuis l'indépendance.