Vie sociale et activité physique, pour vivre plus longtemps !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Une enquête américaine menée sur vingt milles personnes met en avant la relation étroite entre la grande solitude et l’altération des cellules immunitaires.

L’isolement provoquerait en outre des troubles du sommeil et une tension artérielle élevée. En d’autres termes, la solitude peut accroître le risque de mort prématurée chez les séniors.

Les pensionnés partis en Floride, à la recherche du soleil en continu auront une santé déclinante s’ils doivent se couper de leurs proches, assure John Cacioppo, professeur de psychologie, qui a présenté ses travaux à Chicago lors de la conférence annuelle de l’Association pour l’avancement de la science.

Selon cette même étude, l’exercice physique régulier ralentirait le vieillissement du cerveau. Le manque d’exercice doublé d’une solitude non désirée contribueraient à affaiblir la santé des aînés.

Le cerveau se réduit avec l’âge et une activité physique quotidienne permet de l’aérer et d’en améliorer le fonctionnement. Le phénomène du cerveau qui rétrécit ne semble plus inéluctable, ajoute John Cacioppo.

Hélas, l’exercice physique est peu développé chez les seniors. La vie sédentaire en est la cause principale. Pourtant, ne serait-ce que marcher périodiquement à vive allure, pourrait réduire de moitié les risques cardiovasculaires, et freiner certaines maladies telle que Alzheimer.

Enfin, on a coutume de penser que le vieillissement de la population accroit les cas de démence et la détérioration de la santé chez les seniors.

En réalité, les avancées médicales sont réelles et les personnes âgées se soignent de mieux en mieux. Une aubaine pour ces baby boomers... nés après la fin de la seconde guerre mondiale, période qui connut un pic de la natalité sans égal.