Troubles de l’érection

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Plus de 10% des hommes belges âgés de plus de 40 ans souffrent de problèmes d’érection. Mais peu osent en parler... Fiftytoo fait le tour de la question.

Le changement se produit aux alentours des 45 ans, où la sécrétion de testostérone diminue, ce qui a pour conséquence de rendre monsieur plus sensible au stress. L’érection devient alors moins spontanée, plus lente. Vers 50 ans, on rencontre souvent un déficit hormonal en androgènes (20% des messieurs de 50 ans pour 50% des octogénaires).

Les conséquences possibles sont des troubles de l’humeur, une diminution de la libido et un risque d’ostéoporose. Le contrôle médical régulier est essentiel.

Pour l’OMS, une sexualité harmonieuse permet de s’épanouir, se sentir bien dans sa peau. Pourtant ce sujet reste tabou, en particulier chez les seniors. Les pannes sexuelles seront souvent tues, par honte ou culpabilité. Plus de 6 hommes sur 10 attendent plus d’un an avant d’en parler à un médecin, quelle perte de temps, et quel un risque de vivre échec sur échec, ce qui entraînerait irrémédiablement une perte de confiance en soi.

Troubles de l’érection : qu’est-ce que c’est ?

Un trouble de l’érection est « une impossibilité d’obtenir ou de maintenir une érection suffisante pour une activité sexuelle satisfaisante ». Le site www.erecinfo.be propose de tester son niveau d’érection en classant les différentes catégories comme suit :

1. Le pénis est plus grand, mais il n’est pas dur. 2. Le pénis est dur, mais pas suffisamment pour la pénétration. 3. Le pénis est suffisamment dur pour la pénétration, mais il n’est pas complètement dur. 4. Le pénis est suffisamment dur et totalement rigide.

La dernière catégorie (4) représente une absence de trouble de l’érection. Les autres vous permettent de vous situer afin d’en parler ensuite à un spécialiste.

Troubles de l’érection : en parler à son médecin

Une panne est souvent un événement passager. Il suffit parfois de ne pas dramatiser et on pourra alors reprendre une activité sexuelle « normale » par la suite. Le danger est de focaliser sur cette absence de rigidité, s’en suit alors une « angoisse de la performance », qui, par le stress généré risque de provoquer une nouvelle panne… Le piège du cercle vicieux pourrait alors rapidement se refermer.

Le premier conseil que nous pourrions vous donner est d’en parler à votre partenaire, elle pourrait déjà vous rassurer, flatter votre égo et vous redonner confiance en vous et votre virilité. Si, par contre, le problème se reproduit à plusieurs reprises durant au moins trois mois, parlez-en à votre médecin ou à un spécialiste.

Troubles de l’érection : les causes

Notre « petite entreprise » est une machine complexe et fragile.

Les causes d’une panne sexuelle peuvent être de plusieurs ordres :
- Psychologiques : dépression, stress, fatigue...
- Organiques (à 74%) : tabagisme, hypertension, diabète, médicaments, …

Troubles de l’érection : une honte ?

Il est évident que parler d’une chose si intime que vous vivez probablement difficilement est assez délicat à aborder avec votre médecin. Pourtant celui-ci est formé pour vous aider, il vous prendra très au sérieux et surtout donnera suite à votre plainte.

Afin de vous sentir le plus à l’aise possible, nous vous conseillons de préparer ce que vous avez à dire au médecin, par écrit si cela peut vous aider.
- Identifiez le moment où ça a commencé, et comment se manifestent généralement les pannes (le contexte).
- Parvenez-vous ou non à l’érection ? (Reportez-vous à la classification proposée plus haut).
- A votre avis, quelle pourrait être la cause ?
- Souffrez-vous d’affections particulières ? (diabète, hypertension, cholestérol)
- Prenez-vous des médicaments ?
- Y a-t-il des causes psychologiques possibles ? (quelque chose qui vous bloque sexuellement, des soucis, de la fatigue…)

Le médecin vous posera peut-être quelques questions supplémentaires afin d’évaluer la gravité du trouble et détecter les causes possibles. Parfois, au cours du traitement, il apparaît que des causes sous-jacentes ont également besoin d’être traitées.

Le médecin vous enverra peut-être chez un spécialiste afin de compléter le diagnostic ou en vue d’un traitement spécifique (urologue, sexologue, psychothérapeute, thérapeute conjugal…).

Troubles de l’érection : et ma compagne ?

Souvent le médecin invite la compagne au second rendez-vous. En effet, les problèmes liés à la sexualité concernent les deux partenaires. En les impliquant tous les deux, le traitement a plus de chances de réussir. En outre, si un traitement vous est prescrit, il peut être tentant de garder le secret, mais ne vaut-il mieux pas éviter ce stress supplémentaire ?

Troubles de l’érection : les traitements

Les traitements vont différer selon que la cause est psychologique ou organique.

Dans le cas d’une cause psychologique (stress, problèmes conjugaux ou sexuels) votre médecin vous conseillera de vous rendre, seul ou en couple, chez un psychothérapeute, conseiller conjugal ou encore un sexologue.

Voir l’article « Baisse de libido, comment la booster ? ».

Si, par contre la cause est organique, des médicaments peuvent être prescrits.

Dans la plupart des cas, le médecin prescrira des pilules érectiles. Celles-ci favorisent l’obtention et le maintien d’une érection durant l’acte sexuel, permettant l’afflux d’une quantité plus importante de sang dans le pénis). Ce traitement ne peut fonctionner que si il y a déjà du désir sexuel, il n’a aucun impact sur la libido.

Sur Internet, de nombreux sites vous proposent des pilules miracles, ne tombez pas dans le piège. Ces pilules ne sont pas légales, et peuvent provoquer des effets secondaires indésirables. Les seules pilules érectiles valables vous seront fournies uniquement sur prescription médicale !

Lorsque le désir n’est pas suffisant pour provoquer au moins un début d’érection, on peut avoir recours à l’injection. Cette petite injection dans le pénis, effectuée par vos soins ou ceux de madame, a pour effet de dilater les vaisseaux sanguins. Il s’agit d’une solution souvent envisagée pour les messieurs diabétiques ou ayant subi une intervention à la prostate.

Lorsque les deux méthodes précédentes n’ont pas fonctionné, ce qui est relativement rare, on peut avoir recours à une prothèse pénienne.

Il existe également divers accessoires dont on peut se servir lorsqu’il y a érection, mais que celle-ci n’est pas suffisamment rigide que pour vivre l’acte sexuel complet. Il s’agir du préservatif d’aide au maintien de l’érection ou encore d’une petite pompe à vide avec un anneau permettant l’afflux de sang dans le pénis. Pour bien vivre votre sexualité, ne les voyez pas comme une entrave qui risquerait de vous couper toute excitation, mais plutôt comme un objet faisant partie intégrante de vos jeux sexuels.

P.-S.

Pour aller plus loin

www.erecinfo.be

Pour trouver un sexologue

Demander conseil à votre médecin traitant, gynécologue ou urologue, ou tout autre professionnel de la santé sensibilisé à la sexologie : infirmier, kiné, psychiatre, …

Regarder dans les Pages d’Or ou les sites Internet de sexologue

Se renseigner sur la formation de base du sexologue

Se renseigner auprès des plannings familiaux, psychologues, …

Se renseigner auprès des associations de sexologues (ADES, SSUB)