Tout sur les édulcorants

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Depuis plusieurs années, les édulcorants se sont emparés du marché alimentaire. Il est grand temps de savoir ce que vous mettez dans votre assiette !

Le goût

Le goût a une importance capitale : il influence non seulement ce que nous mettons dans notre assiette, mais également la quantité de nourriture que nous mangeons et le degré de plaisir que nous prenons à boire ou à manger.

Sucré, salé, acide, amer et "umami" (glutamate) : voilà les 5 goûts de base. Fiftytoo se penche sur le "sucré", qui nous fait reconnaître les nutriments énergétiques.

L’être humain a une préférence innée pour le sucré. Mais cette préférence peut s’avérer dangereuse ! En effet, s’il est vrai que nous avons besoin d’aliments riches en énergie, un excès de calories entraîne inévitablement un excès de poids. Le marché alimentaire s’est donc emparé de cette problématique en proposant dans ses rayons des édulcorants hypocaloriques.

Les édulcorants hypocaloriques

Les édulcorants hypocaloriques sont des substances au goût sucré qui contiennent peu ou pas de calories. Ils peuvent aider à la perte de poids ou au maintien du poids, sans oublier qu’ils participent à la santé bucco-dentaire. Autre avantage : les édulcorants hypocaloriques ont un pouvoir sucrant supérieur à celui du sucre.

Pour ces raisons, on retrouve les édulcorants hypocaloriques dans de très nombreux produits : boissons gazeuses, chewing-gums, bonbons, sauces, yaourts, pudding... Ils sont également utilisés dans le domaine des soins de santé, en vue de donner un meilleur goût aux médicaments.

Le phénomène des édulcorants hypocaloriques est-il récent ? Pas du tout ! En effet, le premier édulcorant largement utilisé, la saccharine, a été découvert en 1879. La saccharine (E954), qui a un pouvoir sucrant 350 fois supérieur à celui du sucre, mais qui ne fournit pas d’énergie, est largement utilisée dans les produits light, comme les boissons gazeuses light. On la retrouve également dans certains produits pharmaceutiques.

Les édulcorant approuvés

L’aspartame (E 951) est un édulcorant artificiel 160 à 200 fois plus sucré que le sucre classique. Son bon goût en a fait l’édulcorant le plus utilisé au monde. En effet, on retrouve l’aspartame dans plus de 3000 produits alimentaires. A noter que l’un des dérivés de l’aspartame, le néotame (E961), est quant à lui 8000 fois plus sucré que le sucre !

L’acésulfame potassium (Ace-K - E950) est un édulcorant au pouvoir sucrant 200 fois supérieur à celui du sucre. L’acésulfame potassium n’est pas assimilé par l’organisme et ne lui fournit par conséquent pas d’énergie. Il est utilisé dans les boissons et dans les produits d’hygiène bucco-dentaire.

Le cyclamate (E952) est un édulcorant très ancien, 30 à 50 fois plus sucré que le sucre normal. Il peut supporter les températures de cuisson, ce qui en fait l’allié idéal pour les pâtisseries et confitures, par exemple.

Le sucralose est quant à lui un produit récent. C’est le seul édulcorant artificiel fabriqué à partir de sucre et au goût de sucre. Contrairement au sucre, le sucralose (E955) n’est pas décomposé par l’organisme. Il supporte des températures élevées, de sorte qu’il peut être utilisé en cuisson.

Mentionnons également l’aspartame-acésulfame (E962), la néohespéridine DC (E959) et la thaumatine (E957), et nous arrivons au total des 9 édulcorants approuvés en Europe.

Dans certains pays, le stevia est également utilisé depuis longtemps comme édulcorant. La plante de stevia est originaire de régions subtropicales et tropicales d’Amérique Centrale et du Sud. Le stevia est en cours d’approbation au niveau européen ; il sera donc bientôt aussi disponible en Belgique. Cet édulcorant est de 200 à 300 fois plus sucré que le sucre.

Chaque édulcorant hypocalorique a un goût qui lui est propre. En combinant deux ou plusieurs édulcorants, il est possible de donner une saveur unique à un plat ou une boisson.

Le sucre Canderel est par exemple une combinaison d’aspartame et d’Ace-K. Son un goût unique tend à se rapprocher le plus possible de celui du sucre. Le Ti-Light combine quant à lui le sucre et l’aspartame.

Les édulcorants : dangereux ?

Malgré toutes les attaques que subissent les édulcorants, l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Autorité européenne de sécurité des aliments considèrent que les édulcorants comme l’aspartame sont sans risques.

De plus, tous les édulcorants hypocaloriques qui sont utilisés en Europe dans la production alimentaire sont soumis à des règles strictes de sécurité. Le processus d’approbation européenne est par ailleurs très pointu.

Le droit européen impose non seulement des règles de sécurité, mais aussi d’étiquetage. Si l’un des produits susmentionnés est utilisé dans un produit, celui-ci doit être indiqué sur l’emballage.

Il existe également des règles fixant l’utilisation maximale de chaque édulcorant hypocalorique. Ainsi, une personne de 60 kg ne peut pas consommer plus de 90 comprimés (ou 110 cuillers à café) d’aspartame par jour... Cela vous laisse donc de la marge !

Une solution pour les diabétiques

Les édulcorants hypocaloriques n’ont pas d’impact sur la glycémie. Leur intérêt pour les diabétiques est donc indéniable ! En effet, ces édulcorants permettent aux diabétiques de profiter d’aliments sucrés sans augmenter leur glycémie.