Tout sur la sécheresse vaginale

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Les femmes ménopausées connaissent généralement la sécheresse intime bien avant d’en souffrir. Néanmoins, elles restent trop nombreuses à la subir avec résignation et fatalisme. Pourtant aujourd’hui, la sécheresse vaginale peut être soignée !

L’origine de la sécheresse vaginale

Ce sont les hormones féminines (œstrogènes) qui permettent l’humidification et la souplesse du vagin. Or, à la ménopause, les œstrogènes chutent, entraînant une sécheresse relative et qui peut s’avérer pénible pour certaines femmes.

Faire le test « Dix idées reçues sur la ménopause ».

Les conséquences de la sécheresse vaginale

Les conséquences de la sécheresse vaginale sont de plusieurs ordres. Tout d’abord, la sécheresse augmente la vulnérabilité aux infections gynécologiques.

Ensuite, les relations sexuelles peuvent devenir douloureuses (pour 80% des femmes ménopausées) provoquant démangeaisons ou pressions vaginales, ce qui a pour effet d’affecter le désir et/ou le plaisir pendant les relations sexuelles. Le risque est alors d’entraîner parfois des problèmes de couple (53%), du stress (39%), voire un état dépressif (26%)...

Cette sécheresse intime, outre les problèmes liés au couple et à la sexualité, peuvent fortement remuer les femmes qui se sentent moins vivantes, moins féminines... Le Dr Jacquemin l’explique par le fait que « c’est l’eau qui fait la vie, […] le mot sécheresse évoque l’absence, le manque, la perte. »

Sécheresse vaginale : à qui en parler ?

La première personne à qui en parlent les femmes, c’est le médecin, et plus particulièrement le gynécologue. C’est une chose positive puisque les traitements existent et que c’est lui qui va pouvoir ouvrir la porte d’une vie sexuelle redevenue « normale ».

Par contre, un autre interlocuteur privilégié est votre partenaire. On l’oublie trop souvent. Si vous faites partie des 37% de femmes qui ont osé en parler à leur conjoint, bravo, il est probable que le stress soit déjà moins important, les tensions moins fortes voire nulles.

En effet, parler avec lui de ce souci lui permettra aussi de comprendre que votre désir pour lui est intact, qu’il s’agit d’un problème organique qui nécessite quelques petits aménagements. Il vous aidera aussi à intégrer votre traitement à votre vie sexuelle afin de ne pas le voir comme un intrus à cacher ou oublier.

Soigner la sécheresse vaginale

Dans un premier temps, vous pouvez simplement tester les lubrifiants vaginaux, qui sont disponibles sans ordonnance en pharmacie. Il suffit de les appliquer à l’entrée du vagin avant les relations sexuelles. Il est également possible d’utiliser un lubrifiant qui sera étalé sur le pénis de votre partenaire.

Si cela ne suffit pas, il est utile d’en parler à votre médecin qui pourra alors vous prescrire, selon l’importance du trouble et des autres inconvénients liés à la ménopause :

- Une thérapie vaginale d’œstrogènes. Sous forme de crème à appliquer dans le vagin au moment du coucher, d’anneau placé dans la partie supérieure du vagin (libérant une dose constante d’hormones durant environ 3 mois) ou encore de comprimés.

Cette thérapie est un peu contraignante, car il faut mettre la crème, ou l’anneau et penser à garder une protection pour la nuit car les sécrétions peuvent parfois perdurer. Cependant, il est possible de contrecarrer les effets de la sécheresse vaginale, même si celle-ci est ancienne.

- Une thérapie de remplacement des hormones (HRT). Il s’agit d’une thérapie à court terme (car effets secondaires importants possibles à long terme) dans les cas de symptômes graves de la ménopause.

Sécheresse vaginale, ménopause et libido

Contrairement aux idées reçues, la ménopause n’a pas de cause directe de baisse de la libido. Cette baisse est généralement due, outre l’image de soi parfois difficile à accepter, aux douleurs pendant les relations sexuelles dues à la sécheresse vaginale.

N’oubliez pas que la sécheresse n’est pas une fatalité, elle se soigne ! De nombreuses femmes l’ayant compris ont connu un regain de leur libido. Et la maturité et l’expérience aidant, elles ont découvert une nouvelle sexualité avec leur partenaire.