Stop aux ronflements !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Les ronflements ne sont, en tant que tels, pas dangereux, ni même gênants pour les ronfleurs. Pour les personnes qui partagent leur chambre, par contre, c’est une autre histoire ! Dérangeants pour certains, insupportables pour d’autres, les ronflements sont parfois même à l’origine de troubles du sommeil sérieux... Fiftytoo fait le tour de la question.

Comprendre les ronflements

Lorsque nous dormons, les muscles de notre bouche et de notre gorge se décontractent. La luette et le voile du palais se relâchent, ce qui obstrue (partiellement) le passage de l’air. Conséquence : l’apparition de vibrations... qui se font entendre !

Les causes et facteurs de risque

Certaines affections et autres malformations peuvent être à l’origine de ronflement, comme l’hyperthyroïdie, le végétations, la déviation de la cloison nasale, la taille de la luette...

Par ailleurs, la ménopause et, plus globalement, l’avancée en âge, sont à l’origine un certain relâchement musculaire, ce qui peut bloquer le passage de l’air.

Enfin, dans certains cas, les ronflements sont causés par des apnées du sommeil. Les patients qui en souffrent ont un sommeil interrompu par des arrêts respiratoires allant de 10 à 30, voire 40 secondes, et ce jusqu’à 300 fois par nuit !

Si, à côté des ronflements, vous constatez des symptômes tels qu’une fatigue généralisée, des maux de tête matinaux ou encore des problèmes de concentration et de mémoire, il est conseillé de consulter.

Les conseils pour le ronfleur

Il est possible de mettre toutes les chances de son côté en :

- surveillant son poids, car l’excès de graisse dans la gorge réduit le passage de l’air et augmente pas là même le risque de ronflements ;
- dormant sur le ventre ou sur le côté, car lorsque l’on dort sur le dos, le passage de l’air est partiellement bloqué ;
- arrêtant de fumer, car le tabac irrite et fait gonfler la muqueuse de la gorge ;
- évitant l’alcool avant de dormir, car celui-ci entraîne lui aussi un relâchement musculaire.
- évitant les médicaments qui entraînent un relâchement musculaire, comme les somnifères ;

Les conseils pour le partenaire

La personne qui partage la chambre du ronfleur est bien souvent démunie face à ce problème qui ne la concerne pas directement, mais qui influence bel et bien la qualité de ses nuits !

Siffler pour arrêter les ronflements ? La légende voudrait qu’en sifflant, on fasse "taire" le ronfleur... En réalité, c’est la gêne que ceux-ci occasionnent qui peut poussera bien souvent le ronfleur à changer de position. Un petit coup de pied ou de coude pourrait donc s’avérer tout aussi efficace !

La dernière solution reste d’aller dormir bien avant le ronfleur. En effet, nous sommes moins susceptibles d’être réveillés par le bruit lorsque notre corps est déjà entré dans sa phase de sommeil profond.

Traiter les ronflements

Plusieurs solutions existent pour venir à bout des ronflements.

- les produits : gouttes, pommades et autres sprays permettront à l’air de passer plus facilement.
- les accessoires : dilatateur nasal et avancée mandibulaire libéreront les voies aériennes.
- la radiofréquence : un léger courant électrique est délivré au voile du palais qui se rétractera suite à la cicatrisation des tissus.
- l’opération chirurgicale, en dernier recours : selon le cas, il sera question d’enlever la luette, les amygdales, de raccourcir le voile du palais...