Se sentir jeune réduit les risques de démence sénile ?

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Se sentir plus jeune réduirait par 5 le risque de remplir les conditions de la démence sénile. C’est ce que nous apprennent les résultats d’une récente étude britannique.

Se sentir jeune, se sentir vieux

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université d’Exeter (Angleterre), a fait appel à 68 personnes âgées de 60 à 70 ans. Cet échantillon a été divisé en 2 groupes : le premier croyant faire partie du panel "plus vieux" d’une étude touchant les 40-70 ans ; le second croyant représenter la catégorie "plus jeune" d’une étude portant sur les 60-90 ans.

Les volontaires ont ensuite dû lire un article ayant pour sujet soit les effets de l’âge sur la mémoire soit l’impact de l’âge sur les capacités de réflexion. A l’issue de la lecture, les participants ont passé un test de mémoire sur l’article qui leur avait été soumis.

L’impact de la perception de l’âge

Résultat : 70 % des personnes croyant appartenir à la catégorie "vieux" et ayant lu l’article sur les effets négatifs de l’âge sur la mémoire remplissaient les critères de la démence sénile, contre 14 % du panel "jeunes"...

L’impact de la perception de son propre âge semble donc déterminant dans le diagnostic de démence sénile. Cette découverte souligne l’importance de la prise en compte de la relation qu’une personne a à l’égard de son âge dans ce genre de tests.