Quatrième Symphonie de Mahler

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Quatrième Symphonie de Mahler, Budapest Festival Orchestra, dirigé par Ivan Fischer, soprano solo : Miah Persson

Pour de nombreux chefs d’orchestre, la quatrième symphonie de Mahler ne commence véritablement qu’au final, lorsque la soprano entame La vie céleste de Des Knaben Wunderhorn. Ce n’est pas le cas d’ Ivan Fischer. Chez lui, la symphonie tout entière est une série de moments surnaturels. « Rêver d’anges, de contes de fées, de peur et d’amour pur de Dieu », voilà comment le chef d’orchestre décrit ces moments, et dès le premier mouvement, il les fait résonner au son des grelots, des petites clarinettes qui imitent les trompettes et d’un violon accordé.

Après le deuxième et le sixième mouvement, Fischer se profile à nouveau comme le chef d’orchestre de Malher du moment, avec un son d’orchestre extraordinairement transparent, des changements de tempo comme vous n’en avez jamais entendu et des solistes que l’on ne retrouve même pas dans le orchestres de la plus grande tradition.

Certains regretteront le choix de la soprano Miah Persson, qui enlève la naïveté enfantine que d’autres chefs d’orchestre recherchent dans le final, mais Miah Persson est une excellente conteuse, qui choisit délibérément de ne pas imiter le chant des anges, mais bien de raconter une histoire autour de celui-ci. Comme une mère qui chasse les mauvais rêves de son enfant. Beaucoup de plaisir à l’écoute !

Publié par Channel Classics. Numéro de référence : CSC 26109.

Vous souhaitez commander ce CD ? Versez €21,00 sur le compte 001-3756927-96 de ‘t KLAverVIER en mentionnant votre adresse, et vous trouverez le CD dans votre boîte aux lettres sans frais de port !

Plus d’infos : http://www.tklavervier.be et info@tklavervier.be.