Pour vivre vieux, vivons heureux !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Nous le savons tous déjà très bien : pour s’assurer une longue vie, nous devons être attentifs à notre alimentation, notre sommeil, la qualité de notre logement, notre entourage... Mais nous ne sommes pas toujours conscients qu’adopter une « positive attitude » nous ouvre les portes d’une vie, non seulement plus longue, mais également plus sereine.

On vieillit souvent comme on a vécu : dans la tristesse ou la joie, la solitude ou l’action, la critique ou l’acceptation. Cependant, rien n’est jamais perdu : il suffit parfois d’adopter certains principes de vie, pour tout à coup la voir d’un autre œil…

Vieillir c’est accepter de vivre chaque moment dans la simplicité, en repensant à toutes les expériences positives que la vie nous a permis de connaître, sans sombrer dans la nostalgie, mais en se disant simplement qu’on a eu de la chance de les connaître. Vieillir c’est aussi se créer une nouvelle vie, à notre rythme et selon nos désirs.

Il est prouvé que garder le moral permet de vivre plus longtemps et de voir la vie en rose. Comme l’affirme la Directrice de La fondation nationale de gérontologie « La longévité va de pair avec la gaieté ».

Rester optimiste

Pas toujours facile quand les soucis, petits ou gros, semblent permanents. Pourtant certaines personnes parviennent à garder le moral malgré tout. Leur secret ? Ne pas rejeter le négatif, car cela ne serait plus du positivisme mais de l’irréalisme, mais rester ancré dans la réalité, gardant sa confiance en soi et le plaisir de profiter de la vie.

L’optimisme, ça s’apprend. Nous ne pouvons pas décider du jour au lendemain de devenir optimiste. Cela s’apprend, au fur et à mesure. Bien sûr prendre cette décision va vous aider à changer de lunettes, vous apprendrez à ne plus voir la vie de la même manière. Mais comme à tout changement de verres, il vous faudra probablement un moment pour vous adapter.

Cette expérience, vous la créerez par l’accumulation d’expériences positives sur lesquelles vous reposer. Vous ferez des efforts pour arriver à ce positif et bâtirez alors ces fondements de votre nouvelle personnalité : vous avez fait l’effort de vous rendre à un clubs de loisir et y avez pris du plaisir ? Voilà donc une expérience positive qui apportera un peu de rose à votre vision de la vie.

Regarder sa vie et faire le point

Apprendre à aimer sa vie, à s’aimer soi c’est aussi d’abord apprendre à la connaître bien, à la comprendre et en tirer les leçons. Cet apprentissage est le fruit d’un travail sur soi : prendre conscience de ses expériences positives mais également négatives, les comprendre, prendre également conscience de ses qualités et ses défauts, transformer ses peurs en objectifs abordables et positifs.

Bien se connaître aide à ne pas s’imposer des buts utopiques ou inabordables. Les positifs ont les pieds sur terre, s’acceptent comme ils sont et profitent de ce qu’ils sont capables de faire. Cette période de réflexion vous préparera à ensuite passer à l’action en toute connaissance de cause.

L’autosuggestion

Coué était un formidable optimiste. Selon lui, toute idée que nous nous mettions en tête, qu’elle soit bonne ou mauvaise, peut influencer notre conduite. Son concept repose plus sur l’imagination que sur la volonté. Ainsi, il préconisait de se répéter chaque jour « Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux ».

Exprimer ses émotions

Les émotions ne sont ni bonnes ni mauvaises, elles sont tout simplement vitales. Cependant certaines émotions peuvent nous plonger dans des situations difficiles à vivre.

Il est essentiel de pouvoir exprimer ses émotions, car enfouies elles peuvent provoquer un stress inutile, nous poussant parfois à des actes ou attitudes que nous regretterons (repli sur soi, conflits...).

Il est alors important de pouvoir détecter nos émotions, et les exprimer. Cela nous permet de prendre distance avec elle, et pouvoir éventuellement l’analyser afin de résoudre le problème.

Les techniques de gestion des conflits sont nombreuses, mais la plupart se déclinent selon cette structure :

- J’explique les faits qui me posent problème : « Tu restes à discuter sur l’ordinateur alors que je suis là, toute seule »

- J’exprime l’émotion ressentie par rapport à ces faits : « Je me sens triste, abandonnée, seul(e) »

- Je propose une solution à ce problème, je dis ce que j’attends de l’autre, et peut-être aussi ce que je suis prêt à faire de mon côté : « J’aimerais que tu limites ton temps de connexion, et que nous passions une heure le soir en tête à tête. Je peux essayer de trouver des activités à faire ensemble. »

- Je montre l’aspect positif que cela aura pour les deux interlocuteurs : « Je serai alors plus détendue et cesserai de venir rôder autour de toi quand tu es dans le bureau »

Garder son sens de l’humour

Certes, vieillir n’est pas toujours rose, et garder ses lunettes de positivisme n’est pas facile en toutes situations. Le Belge est connu pour son sens de l’autodérision : et si nous le mettions à profit ?

Nous connaissons de plus en plus de petits trous de mémoire, nous sommes perdus devant tous les outils technologiques, nous avons une nouvelle petite ride… Est-ce si catastrophique ? Notre attitude devant ces petits soucis propres à notre âge n’est-elle pas parfois risible ?

Nous ne pouvons que vous conseiller de garder sur votre table de chevet le formidable Seniors moments de S.Klein et G.Tibballs. Florilège de bons mots, d’aphorismes, de pensées, de maximes, d’anecdotes dans lesquels vous vous retrouverez à coup sûr. Ce petit trésor vous rappellera avec énormément d’humour que oui, nous vieillissons et que non, ce n’est pas un drame !

P.-S.

- « Seniors moments. Pensées, maximes, aphorismes et conseils pour bien vivre nos petits moments d’égarement. » S. Klein, G. Tibballs. Ed. Payot
- Une idée positive par jour , Janine Casavecchie, Ed. Broché
- Petite philosophie du matin : 365 Pensées positives pour être heureux tous les jours, Catherine Rambert , poche