Paul : « Le plaisir de donner sans attendre en retour »

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Paul a travaillé jusqu’à ses 55 ans comme chercheur et enseignant. Aujourd’hui, il en a 60 et vit seul depuis quatre ans. L’occasion de partager son temps avec des personnes « qui ont eu moins de chances que lui. »

Vers le bénévolat

Il y a quelques mois, Paul entame des recherches pour s’engager comme bénévole. Sa motivation : « J’ai eu de la chance dans ma vie professionnelle. Je me sens le devoir d’aider ceux qui en ont moins eu. »

Après avoir pris la décision d’agir dans ce sens, il entend parler des Biscuits. « Je leur ai envoyé un courriel de candidature. Après trois semaines, j’ai eu un « entretien d’embauche » qui s’est très bien déroulé et a conduit à mon incorporation dans l’ASBL. Je n’ai pas reçu de formation spécifique, mais si je me pose une question, je m’adresse aux anciens. »

Donner à manger et écouter

L’ancien chercheur se lance donc dans l’activité. A raison de deux vendredis soir par mois durant toute l’année, l’équipe des bénévoles se retrouve à la Gare centrale de Bruxelles. Le nombre de bénévoles varie d’un soir à l’autre, mais il y a toujours au minimum une dizaine de « biscuiteurs » présents.

Leur mission : aller à la rencontre des plus défavorisés. « Je distribue dans des sachets individuels de la nourriture achetée en grandes surfaces : biscuits, fruits frais, boisson, café chaud, ainsi que des produits d’hygiène. »

Sur place, les bénévoles restent environ deux heures, principalement pour être à l’écoute de ces personnes démunies. En majorité, ces personnes sont des hommes de la quarantaine et de la cinquantaine. « Parfois, ce sont des plus âgés. Je ne rencontre que très peu de femmes et d’enfants », précise Paul.

Apport gratuit

Au niveau humain, le « biscuiteur » apprend beaucoup de cette activité. « Personnellement, le bénévolat c’est le plaisir de donner sans attendre un retour. J’éprouve le sentiment d’être utile à des personnes dans le besoin. Ça a également changé ma vision de la société. J’ai une perception plus réaliste d’une partie défavorisée de notre société. Je prends conscience de la souffrance de certains, du courage d’autres. »

Au sein de l’ASBL, Paul a l’occasion de côtoyer de nombreux jeunes. « Ma plus grande surprise, stupéfaction devrais-je dire, est qu’une grande partie des bénévoles sont des jeunes, typiquement des étudiants d’université en dernière année ou début de vie professionnelle. »

Appel à tous !

« Je conseille cette activité à n’importe quelle personne qui est prête à s’engager réellement. On n’a pas besoin de « touristes ». » Pour entrer dans l’ASBL, c’est la volonté d’être actif qui joue comme facteur essentiel. « L’âge n’est pas un critère. Par contre, il faut aussi être prêt à travailler dans des conditions difficiles : les couloirs de la gare centrale en plein hiver sont très froids. »

P.-S.

Pour en savoir plus :

www.lesbiscuits.org E-mail : lesbiscuits@gmail.com Tél : 0499/948.512 Les Biscuits Rue du Moulin à Vent, 46 - 1140 Bruxelles