Météo et rhumatisme

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Le temps qu’il fait aurait une influence sur les rhumatismes. Cette croyance est admise par un grand nombre de personnes, notamment celles atteintes de douleurs articulaires. Il existe, du reste, des bulletins de « météo-santé », notamment en Asie, qui nous expliquent sérieusement sur quelle partie du corps, l’humidité extérieure aura un impact. Qu’en est-il exactement ?

Cette maladie chronique qui touche un pourcentage non négligeable de seniors n’est pas une spécificité des pays tempérés ou tempérés océaniques, comme peut l’être la Belgique. Du Nord aux Tropiques et d’Ouest en Est, les rhumatismes sévissent de la même façon. Dès lors, le doute est permis. Se pourrait-il que mode de vie et génétique en soient les seuls facteurs déclenchants ?

Force est de constater qu’à ce jour il n’existe pas de preuve scientifique irréfutable d’un effet de la météo sur le rhumatisme. Même si ces dernières années, plusieurs études parfois contradictoires ont mis en évidence l’invalidité d’un lien entre les conditions climatiques et les douleurs de patients souffrant d’arthrite. Pourtant, le ressenti des personnes atteintes de rhumatismes est réel et les patient n’en démordent pas. Qu’il vente ou qu’il pleuve le mal se réveille et les douleurs s’intensifient.

Voici quelques pistes d’explication :

- Pression atmosphérique :
Pour certains, les douleurs s’amplifient quand la pression atmosphérique augmente. Pour d’autres, elles redoublent quand la pression baisse. Des différences potentiellement dues à des changements de pression sur les tissus et les liquides des articulations.

- Humidité :
C’est le cas de figure le plus courant. Certains patients se plaignent de douleurs accrues lorsqu’il pleut. On peut l’expliquer par le fait que les muscles et les os ont une densité différente selon le taux d’humidité.

- Par temps froid :
L’arthrite semble être la plus touchée par le phénomène, en particulier lorsque la température chute brusquement. Une circulation sanguine plus lente due au froid peut en être la cause. En outre, les articulations ont tendance à se contracter avec le froid. L’activité moins régulière inhérente à l’hiver où l’on reste à la maison est un facteur aggravant.

- L’été :
La chaleur a souvent un double effet. Négative, lorsque le taux d’humidité est élevé, durant les orages ou bien lorsque nous transpirons abondamment. Positive le plus souvent car l’été va de pair avec les vacances, les bons fruits et légumes du soleil, la bonne humeur. Et comme chacun sait, le moral agit sur la santé. La chaleur favorise également la circulation sanguine.

Pour conclure, s’il est hasardeux d’affirmer que la météo joue un rôle sur les douleurs articulaires, on ne peut non plus nier les témoignages récurrents des patients. L’impact est peut-être limité mais pas inexistant. On ne peut non plus soutenir la thèse d’un confort assuré dans un pays chaud, plutôt que sous nos latitudes. Le mal variant d’un patient à l’autre.