Les mauvaises herbes, je contrôle !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

La mauvaise herbe, c’est une herbe « sauvage », mal placée, qui dérange son environnement et envahit le monde végétal. On l’appelle aussi herbe spontanée ou adventice. Dans un jardin bio, les mauvaises herbes ne sont pas totalement éradiquées : on les maintient à un niveau acceptable et on en tire profit.

Les mauvaises herbes : avantages et inconvénients

Avantages

- Certaines, comme le chardon ou le lierre, nourrissent et abritent les oiseaux, d’autres, comme le persil sauvage, attirent les insectes.
- Elles protègent le sol, le décompactent et l’aèrent avec leurs racines.
- Elles éloignent les prédateurs et les maladies.
- Elles servent également à enrichir le compost.

Le saviez-vous ?
- Le trèfle apporte de l’azote au sol.
- L’ortie renferme des minéraux.
- Les pâquerettes présentent du calcium.
- Le chardon contient de l’oméga 3 et du phosphore.

Inconvénients

- Elles étouffent certaines cultures.
- Elles puisent l’eau destinée à d’autres plantes.
- Elles affaiblissent les récoltes.
- Elles accueillent les ravageurs et les maladies.

Reconnaître les mauvaises herbes

Pour contrôler les mauvaises herbes, il est important de les connaître. Se reproduisent-elles rapidement ? Viennent-elles par voie du sol ou ont-elles été apportées par le vent ? Comment envahissent-elles la nature ? Comment survivent-elles ?

A force d’observation, vous distinguerez deux types de mauvaises herbes :

- Les (bis)annuelles : mouron blanc, pissenlit, coquelicot...

Elles poussent et germent en une année ! C’est par les graines qu’elles se perpétuent. Elles se disséminent avec le passage du vent, des animaux, de la pluie, des hommes. On les trouve surtout dans les sols régulièrement retournés. D’ailleurs, leurs racines peu enfoncées sont faciles à arracher.

- Les vivaces : fraisiers, liseron, pissenlit, chiendent, orties

De vie plus longue que les annuelles, elles se maintiennent en développant un important système racinaire. Tantôt ces vivaces se propagent à la surface de la terre, par des stolons, comme avec les fraisiers et les ronces. Tantôt elles envahissent la partie souterraine par des rhizomes, c’est le cas des chiendents et des orties. Certaines, notamment le liseron et le pissenlit, se multiplient à partir d’un simple petit bout de racine.

Précautions contre les mauvaises herbes

1. Avant de cultiver

- Un ou deux mois avant : paillez le sol avec un film plastique étanche et noir, qui empêche la lumière de pénétrer. Il freinera le développement futur des mauvaises herbes.

- 2-3 semaines avant de semer : aérez le sol à la griffe puis arrosez. Sarclez régulièrement toutes les pousses spontanées qui apparaissent. Ensuite, arrosez une dernière fois et semez pour de bon.

- Le paillis aéré, de dix centimètres : copeaux de bois, compost, gravier, paille ou foin. Il existe des paillis vivants formés de plantes couvrantes.

2. A vos cultures !

- Rapprochez vos plantations : l’espace vital des mauvaises herbes s’en trouvera réduit.

- La rotation des cultures : les herbes indésirables accompagnent systématiquement la croissance de certains légumes. Il est donc important de changer l’emplacement des cultures !

- Couvrez les parties que vous ne cultivez pas avec un compost de jardin.

- Préservez un coin du jardin qui restera « sauvage », où s’épanouiront les mauvaises herbes.

Elles sont là !

1. Désherbage du sol

- Le désherbage manuel : à la fourche ou la binette. Enlevez progressivement ce que vous n’identifiez pas comme vos plants. Attention quand même de ne pas vous tromper ! Choisissez une binette adaptée à votre taille et binez quand la terre est sèche.

- Le désherbage thermique : tue les graines et les herbes par un choc de chaleur qui flétrit les végétaux. Ce choc peut être au gaz, à la vapeur d’eau chaude, à la flamme ou à l’eau bouillante. Vous trouverez ce qui vous convient le mieux en jardinerie.

- Sarclez le plus tôt possible avant la feuillaison pour les vivaces et coupez la plante avant qu’elle ne monte en graines et ne se dissémine pour les annuelles.

- Sur la terrasse, passez régulièrement avec une brosse dure qui empêche la germination de graines.

2. Nettoyage

- Limitez le bêchage, qui ramène les graines à la lumière et leur permet ainsi de germer rapidement.

- Rabattage : fauchez ou coupez au sécateur les mauvaises herbes adventices envahissantes, de façon régulière.

- Pour nettoyer le sol sans le retourner, vous pouvez placer un film plastique à la saison de pousse des mauvaises herbes, au printemps. A l’automne, le sol sera propre.

3. Que faire des mauvaises herbes ?

Si elles ont des graines mures : laissez-les macérer un mois dans l’eau avant de les mettre sur votre tas de compost. Si c’est une plante à racine, laissez-la d’abord sécher quelques jours, sans contact avec le sol.

P.-S.

Pour en savoir plus :

Atlas des Mauvaises herbes de Montégut, Globus. Encyclopédie du jardinage bio, Larousse. Le jardin naturel, Lespinasse, J.-M., Editions du Rouergue. Nature et progrès, www.natpro.be