Les 5 bénéfices du froid sur la santé

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Plusieurs études ont montré que les températures basses pouvaient offrir de nombreux bienfaits pour la santé. En tout état de cause, l’exposition au froid a du bon...

La qualité du sommeil

Quand nous dormons, notre corps entre en mode sommeil et la température corporelle se met à baisser. Cependant, les insomniaques seraient incapables de réguler leur "thermostat interne" de manière à conditionner leur corps pour le sommeil. Cependant, certaines études ont montré qu’une température trop élevée dans une pièce peut avoir une incidence sur le sommeil. Froid ou pas, la température préconisée pour favoriser le sommeil se situe entre 15 et 18 degrés maximum. Garder la tête froide permettrait de passer de meilleures nuits. Dans le même ordre d’idées, il est toujours préférable d’ajouter une couverture que d’allumer le chauffage.

La circulation

Le froid entraîne une vasoconstriction suivie d’un effet réactif, la vasodilatation. Cela signifie, que le diamètre des vaisseaux va se réduire puis se dilater à nouveau, ce qui entraînera une augmentation du débit sanguin. Grâce au froid, la micro-circulation est stimulée. Il permet alors de nourrir les cellules et de nourrir correctement les organes. Bonus : le froid empêche aussi l’apparition de varices, on fait donc une croix sur les bains chauds.

Les inflammations

Les médecins conseillent souvent de mettre un bloc de glace sur une entorse à la cheville ou sur une bosse après une chute. Aujourd’hui, nous utilisons encore de la glace pour traiter nos petites plaies. Ce n’est pas un hasard si la cryothérapie est de plus en plus populaire dans le monde du sport. En effet, le froid nous aide à atténuer l’inflammation et à réduire la douleur localisée. Grâce à la glace, les entorses, foulures et autres ecchymoses sont (bien) traitées.

Un bon appétit

Se nourrir en hiver n’est pas toujours chose aisée. Une étude semble appuyer l’affirmation séculaire selon laquelle l’appétit augmente en hiver, alors que les températures chutent rapidement. De petites variations saisonnières dans l’apport calorique quotidien, la composition du régime alimentaire, l’activité physique et le poids corporel sont en effet présentes chez les individus "normaux" en hiver. Tout comme les humains, il semble que les animaux ont tendance à manger moins à des températures ambiantes plus élevées, mais leur appétit augmente dans les environnements plus froids.

L’humeur

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’hiver ne baisse pas le moral des troupes. Au contraire, des températures basses réduiraient même la mauvaise humeur, la dépression, la tension et la fatigue. Le raisonnement est simple. Le froid se traduit par des conditions cycloniques et... un ciel bleu. Ciel bleu signifie lumière. Bingo ! L’exposition à la lumière a un impact bien connu sur l’humeur : elle permet la sécrétion, entre autres, de sérotonine, un neurotransmetteur du système nerveux central qui joue un rôle essentiel dans notre humeur.

Si après avoir lu cet article, l’hiver ne devient pas votre saison préférée, c’est à n’y rien comprendre !