Le système immunitaire, comment ça marche ?

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Chaque jour, des substances étrangères (parfois appelées « antigènes ») pénètrent dans notre corps. Il peut s’agir d’une bactérie, d’un virus, d’un parasite, d’un produit chimique ou encore d’un tissu transplanté.

Le rôle de notre système immunitaire est de protéger notre corps contre toutes ces substances qui mettent notre santé en danger. Comment ? En les rendant inoffensives.

Un système ingénieux

Notre système immunitaire est un mécanisme complexe et ingénieux. Comme il est impossible de savoir par où les agresseurs tenteront de s’introduire, les organes du système immunitaire sont répartis un peu partout dans le corps...

Le thymus est situé au milieu de la poitrine. Il a un rôle de coordination. Par ailleurs, plusieurs milliards de petits radar sont dispersés partout dans le corps : dès qu’un antigène pénètre dans l’organisme, notre corps le reconnaît comme un intrus et le système se met en route !

La plupart des radars exercent leurs fonctions dans les tissus de l’organisme (comme la peau, par exemple). Une partie des radars pénètre quant à elle dans le sang, où ils agissent en tant que globules blancs.

Les globules blancs produisent des anticorps pour combattre l’antigène. Un anticorps se fixera par exemple sur une bactérie et essaiera de l’éteindre. D’autres globules blancs attaqueront quant à eux directement la bactérie et essayeront de la digérer. Ces globules blancs mourront pendant la digestion ; avec les bactéries, ils seront expulsés de notre corps sous forme de pus.

Lorsque notre santé est menacée, notre système immunitaire se met immédiatement en action. Il suffit donc d’une simple coupure au doigt pour mettre toute cette mécanique en marche !

Un système à mémoire

Notre système immunitaire dispose d’un mécanisme d’"archives" : il garde en mémoire tous les intrus qu’il a déjà combattus antérieurement. C’est plus précisément la tâche lymphocytes T (des globules blancs spécialisés), qui se souviennent que tel ou tel agent pathogène est déjà venu rendre une petite visite peu amicale à notre corps...

Ces lymphocytes T ont également pour mission de stimuler les lymphocytes B à fabriquer des anticorps. Ces derniers rendront l’intrus inoffensif.

Quand un nouvel agent pathogène arrive, il faut un certain temps avant que les nouveaux anticorps soient prêts. Nous ne remarquons donc presque rien de ce qui se passe... La fatigue, l’inflammation et la fièvre sont cependant des signaux nous informant que notre corps est en train de combattre un intrus.

Les vaccins peuvent aider

Certaines infections graves peuvent s’avérer mortelles avant même que le corps n’ait eu le temps de produire des anticorps... Pour parer à ces attaques, la science médicale a mis au point les vaccins. Le principe est simple : par le biais du vaccin, le système immunitaire est confronté au germe sous une forme atténuée ou tuée.

Lorsque le système immunitaire est confronté au germe sous une forme atténuée ou tuée, celui-ci est archivé. Lors d’une nouvelle confrontation, nous ne serons pas malades, ou en tout cas moins malades. Certains virus ont cependant une propriété ennuyeuse : ils changent constamment de forme ! C’est le cas par exemple du virus du rhume.

Le système immunitaire au fil du temps

Le système immunitaire des jeunes enfants n’a pas encore d’"archives", raison pour laquelle les plus petits sont souvent malades. Notre système immunitaire connaît son apogée pendant notre jeune vie d’adulte, avant de s’affaiblir à nouveau.

Les personnes âgées sont donc plus sensibles aux infections et aux complications qu’elles occasionnent. Elles guérissent également plus lentement. C’est pour cela qu’on recommande aux personnes âgées de se faire vacciner contre la grippe, par exemple.

Pour aider notre corps à résister contre les intrus, nous avons besoin de vitamines et de minéraux, et ce quel que soit notre âge. Cependant, pendant certaines périodes de notre vie, notre corps a besoin d’une attention toute particulière.

Il est dès lors possible de renforcer son système immunitaire grâce à un supplément de vitamine A, C, D et E. Celles-ci renforcent en effet notre réactivité.

En outre, les minéraux comme le fer, le sélénium et le zinc sont essentiels. Certaines plantes ont quant à elle pour effet de stimuler le système immunitaire. Pensez aux cat’s claw, à l’échinacée, ou aux champignons médicinaux, comme par exemple les shiitake et le maitake, sources de bêta-1, 3 / 1,6-glucanes.

Évitez le stress

Le stress a une mauvaise influence sur le système immunitaire. Or, il est difficile, voire impossible, de l’éradiquer complètement de notre quotidien. Pour l’éviter autant que possible, voici deux conseils simples mais efficaces : dormir suffisamment et faire du sport.