Le moteur à hydrogène : prochaine révolution de l’automobile ?

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Face à de nombreux enjeux, qu’ils soient d’ordre économique, écologique ou de santé publique selon les acteurs, les constructeurs automobiles se tournent de plus en plus vers des alternatives au moteur à combustion. Et le moteur à hydrogène en est une qui pourrait tout renverser.

De nombreux investissements sont engagés depuis plusieurs années dans des solutions hybride et tout électrique. Ces investissements produisent leurs fruits à l’image de sorties de véhicules en série comme la Renault Zoé, le Nissan Leaf ou plus récemment la BMW i3.

Mais, en dépit d’une forte sensibilisation par de multiples acteurs ou encore d’aides à l’achat financées par les gouvernements, ces véhicules s’écoulent à petite échelle dans le monde. Les ventes sont de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’unités tout au plus par modèle.

Il faut dire que les véhicules électriques présentent encore des freins à l’achat persistants à l’image d’un faible parc de bornes de chargement, d’une autonomie réduite à environ 150-200km pour la plupart, ou encore d’un prix d’entrée prohibitif auquel viennent parfois s’ajouter des locations de batteries (entre 50 et 100 euros par mois).

Alors, certains constructeurs prennent le pari de miser sur des moteurs faisant appel à la fois à de l’électrique mais aussi et surtout à de l’hydrogène. L’hydrogène a pour avantage d’être une énergie propre et illimitée : cet atome est celui-là même que l’on trouve en plus grande quantité sur Terre et dans tout l’Univers.

Du point de vue du moteur, on trouve une batterie qui alimente une pile à combustible associée aux réservoirs contenant de l’hydrogène à haute pression. Lorsque l’oxygène de l’air pénètre dans le moteur, une réaction chimique se produit au niveau de la pile à combustible. Cette réaction va générer de l’électricité alimentant la batterie, qui fournira à son tour l’énergie nécessaire pour faire avancer le véhicule. Ce type de moteur, révolutionnaire il faut le dire, a pour exceptionnelle particularité de rejeter de la vapeur d’eau seulement. De premiers prototypes ont fait leur apparition comme le FCV chez Toyota ou l’Intrado de Hyundai. Ce dernier a par exemple une autonomie annoncée d’environ 600 kms, une vitesse de pointe de 180 km/h, un 0 à 100 km/h abattu en 8,0 secondes et un temps de rechargement de 3 minutes seulement !

Autant dire que sur le papier, le moteur à hydrogène fait nettement mieux que ses confrères tout électriques. En revanche, le problème persistant sera celui du prix du véhicule. Pour l’Intrado par exemple, ce prix serait 90% moins élevé que le coût de fabrication du prototype, pour s’établir quelque peu sous la barre des 100.000$ (environ 72611€).

Un prix clairement prohibitif pour un lancement à grande échelle. Mais, il devrait drastiquement diminuer avec le temps et le début des productions en série. Rappelons que si cette innovation se généralisait sur l’ensemble du parc automobile, les émissions mondiales de CO² diminueraient de 25%.

Une innovation qui ne fait sans doute que commencer à parler d’elle… Affaire à suivre !