Le Kama sutra des 50+

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Le Kama sutra, voici un sujet bien alléchant. Alors, quelle position allons-nous essayer ce soir ?

Que vous ayez été attirés ici parce que vous cherchez à mettre un peu de piment dans votre relation de couple ou parce que, peut-être, votre corps ne répond plus comme avant, il apparaît que l’érotisme est important pour vous. Et c’est tant mieux !

Plutôt que de passer en revue les 64 positions que nous avons tous vues et revues, nous vous proposons plutôt de repartir à la rencontre de cet ouvrage ancien que l’on réduit souvent aux acrobaties qu’il présente.

L’histoire du Kama sutra

Vieux de quelques 13 siècles, le Kama sutra est avant tout une doctrine indienne. Il a été créé dans un contexte religieux, avec l’objectif de permettre à l’âme de celui qui le pratique de s’élever. Le livre bien connu de Vatsyayana passe en revue les règles de vie amoureuse et exprime ce qu’est l’art d’aimer.

Nombreux Occidentaux qui se le sont procuré ont été bien surpris, s’attendant à un inventaire lubrique, de découvrir en fait un ouvrage quelque peu puritain malgré son caractère érotique, teinté de spiritualité et abordant des thématiques telles le mariage, les unions autorisées ou interdites, les devoirs de l’homme et de la femme, et même quelques conseils d’ordre ésotérique, par l’inventaire de moyens artificiels voire magiques pour subjuguer la femme convoitée, accroître la virilité (nous n’avons donc rien inventé) ou encore se rendre irrésistible...

Pour comprendre ce texte, il faut se replonger dans l’Inde du 6ème ou 7ème siècle. Les trois grands mobiles de l’action humaine sont, par ordre d’importance :
- La vertu (Dharma)
- La prospérité (Artha)
- Le plaisir sensuel (dont fait partie le Kama, que l’on pourrait associer à l’« éros » grec)

Le Kama sutra était destiné à tous, hommes et femmes, même si la façon de l’aborder n’était pas la même selon le sexe. Pour les hommes, il complétait les enseignements pour atteindre le Dharma et l’Artha ; les femmes, elles, exclues des autres enseignements, n’abordaient que le Kama sutra, accompagnées, d’abord par des femmes plus expérimentées, ensuite par leur mari.

En outre, on recommandait aux hommes de se rendre aimables par leur culture et leur politesse, tandis que les femmes se devaient d’apprendre un maximum des sciences auxiliaires au Kama sutra (musique, poésie, cuisine, soins des plantes et des animaux...).

Le Kama sutra aujourd’hui

Que peut-on y trouver d’encore être utile dans notre culture actuelle ?

- L’art d’aimer :

Le Kama sutra nous apprend que l’art d’aimer réside dans cette science bien agréable qui est celle des baisers, des caresses et des étreintes. L’homme et la femme doivent pouvoir mettre en pratique ces enseignements ensemble.

Le but alors est que l’homme et la femme formant un couple procurent chez l’autre le plaisir le plus vif. Le plaisir éprouvé ne peut être que la conséquence du plaisir donné.

Voilà une vision de la sexualité bien éloignée de celle que nous imaginons en parlant des positions bien connues. Il va de soi que, ayant pour objectif premier le plaisir de notre partenaire, « précipitation » ne fait pas partie de notre vocabulaire...

Kama sutra et tantrisme

Le tantrisme est aujourd’hui souvent présenté comme une technique pour arriver à une meilleure maîtrise de notre sexualité. Or, dans la philosophie indienne, on parle d’union sensorielle, qui passe non pas uniquement par le contact génital mais aussi et surtout par le regard, le toucher, la voix.

Chaque partenaire apprend à vivre un sentiment profond d’unicité avec lui et avec son partenaire. Il s’agit d’une philosophie de vie globale, et non uniquement sexuelle qui permet, alors seulement, d’atteindre l’extase sexuelle. Et pour ce faire, des techniques précises peuvent aider : massages, méditations, travail de respiration...

Souvent, les hommes souhaitent apprendre les techniques tantriques parce que celles-ci permettent d’atteindre l’orgasme sans éjaculation. Or focaliser sur cet effet qui devient notre objectif, c’est passer à côté de la philosophie tantrique. En effet, celle-ci voudrait que plutôt que de vouloir maîtriser l’éjaculation, on arrive progressivement à l’oublier, comme nous l’explique Didier Odier dans son Désirs, passions et spiritualités.

Kama sutra et harmonie du couple

Les deux partenaires doivent se consacrer l’un à l’autre. En effet, un homme qui passerait tout son temps à tenter d’atteindre la prospérité par exemple, délaisserait sa femme et n’atteindrait pas le « Kama ».

Dès lors, il est évidemment recommandé d’avoir en commun des valeurs, des intérêts, aspirations et idéaux. En effet, amour et amitié sont deux valeurs essentielles pour un mariage heureux et épanouissant.

Pour aller plus loin dans la réflexion sur l’analyse de l’harmonie du couple, de nombreuses énumérations et classifications sont proposées :
- Les sexes : classés selon leur dimension, en vue d’une combinaison optimale
- Les tempéraments selon l’intensité du désir et du plaisir qu’ils peuvent éprouver Mais aussi les types de liaisons, les baisers, caresses, accouplements groupés selon les organes mis en jeu, les mouvements, postures, et rangs des personnes...

Kama sutra et fidélité

Ici, pas de jugement. Vatsyayana encourage cependant à évaluer les risques avant de passer à l’action : L’autre en vaut-il la peine ? L’union durera-t-elle ?

Il est en outre conseillé de se baser sur l’échelle des 10 degrés de la passion :
- Attirance physique ;
- Affinité intellectuelle ;
- Obsession ;
- Insomnie ;
- Perte d’appétit ;
- Dégoût de la vie ;
- Perte du sens des convenances ;
- Folie ;
- Évanouissements ;
- Mort inéluctable.

Voir l’article « Couples libres : la solution miracle ? ».

Finalement, le Kâma Sûtra...

... peut nous aider à retrouver cet objectif que nous avons parfois perdu de vue, au profit de la performance, de la baisse de confiance en soi ou de l’abandon d’un corps vieillissant. Cet objectif est pourtant essentiel : se recentrer sur soi, sur son partenaire... Lui donner du plaisir, simplement, sensuellement, partir à sa rencontre au moyen de ses cinq sens...

Le Kama sutra nous invite à une hygiène de vie, globale, où la sexualité (re)devient communication et partage.

P.-S.

- "Les Kâma Sûtra, aphorisme sur le plaisir", Vatsyayana. Ed. Broché
- "Désirs, passions et spiritualité : L’Unité de l’être ", Didier Odier, poche.