Le Yam, pour une ménopause sereine !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

La ménopause est un moment difficile pour la plupart des femmes. Loin d’être une maladie, c’est un nouveau stade de la vie, au même titre que l’adolescence.

Et à l’instar de celle-ci, la ménopause s’accompagne de divers symptômes d’ordre psychologique et physique. Par ailleurs, elle entraîne également une augmentation de certains risques en matière de santé.

Le Yam, plante tropicale d’Amérique Centrale, est à même de lutter contre nombre de ces symptômes...

La ménopause et ses changements

Les plaintes les plus fréquentes des femmes ménopausées concernent les changements suivants : bouffées de chaleur, diminution de l’énergie, fatigue, diminution des capacités de concentration, problèmes de sommeil, prise de poids...

Ce sont ces symptômes qui poussent le plus grand nombre de femmes à demander de l’aide lors de la ménopause.

Cependant, ce passage à un nouveau stade de la vie s’accompagne également d’une augmentation de risques pour la santé : problèmes cardio-vasculaires, ostéoporose, diminution du système immunitaire et le vieillissement de la peau. Ces derniers sont moins visibles, mais doivent être considérés comme une priorité dans le traitement de la ménopause.

Le Yam traite non seulement les symptômes psychologiques et physiques précités, mais joue également un rôle préventif au niveau des risques pour la santé.

Le Yam et la progestérone

Le Yam ou Igname est une plante utilisée depuis longtemps en Amérique centrale pour lutter contre les douleurs ovariennes et les troubles menstruels. Son secret ? Ses racines contiennent de la diosgenine, un précurseur de la progestérone.

Toute les femmes produisent de la progestérone.

Vers l’âge de 20 ans, la production de progestérone diminue. Cette hormone est cependant très importante, car elle joue un rôle diurétique, antidépresseur, agit au niveau de la coagulation sanguine, de la libido, du métabolisme des graisses, de la régulation de la thyroïde, de la stimulation de la construction osseuse...

Au moment de la ménopause, la production de cette hormone se trouve encore diminuée. Il faut donc trouver un moyen d’en procurer au corps afin d’éviter les déséquilibres.

Redonner de la progestérone au corps

Il existe 3 façons de redonner de la progestérone au corps :

- La progestérone de synthèse : On prescrit souvent des médicaments à base de progestérone de synthèse lors de la ménopause (Fartutal, Provena, Cycloclur, Trisequens, Orgametril...). Cependant, la structure de cette progestérone de synthèse n’est pas la même que la progestérone produite par le corps. Par conséquent, ces médicaments provoquent parfois des effets secondaires : rétention d’eau, dépression, sensibilité des seins, diminution de la tolérance au glucose, œdème...

- La progestérone naturelle en prise directe : Il s’agit d’un complément que l’on prend en dose régulière, dans le but de redonner de la progestérone au corps qui n’en fabrique plus assez par lui-même.

- Le Yam : Comme nous l’avons indiqué plus haut, le Yam contient un précurseur de la progestérone. Cela signifie qu’on n’introduit pas directement une dose de progestérone, mais plutôt un outil (la diosgenine) qui va permettre à notre corps, par l’intermédiaire du foie, de fabriquer de la progestérone.

Cette optique est intéressante à plusieurs égards. D’une part, parce que le Yam pousse le corps à travailler par lui-même ; d’autre part, parce que c’est le corps qui régule la quantité de progestérone nécessaire à son bon fonctionnement.

Le Yam en pratique

Il faut être attentif à choisir un Yam de bonne qualité. En effet, sur le marché, il en existe environ 80 espèces dont l’efficacité est variable. Optez pour le type « dioscorea mexicana » dont le dosage est au moins de 18%.

Parce que les gélules supportent mal l’acidité de l’estomac, la forme la plus efficace est la crème. Il suffit d’en appliquer une noisette au niveau du pli du coude (à l’endroit où l’on fait les prises de sang) matin et soir.