La solitude, ça n’existe pas... et pourtant !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Que l’on soit célibataire (ou céli-battant) de longue date, divorcé ou veuf, il vient un moment où la solitude devient beaucoup trop pesante. En Belgique, un senior sur 10 ne voit personne en semaine.

Il est pourtant important de rompre la solitude, de sortir de cet isolement. Pour notre bien-être d’abord, mais aussi parce que c’est la rencontre qui nous permettra de vivre plus longtemps, en meilleure santé, et en gardant le moral...

Garder, reprendre ou créer des contacts

Lorsque l’on vit avec sa solitude depuis trop longtemps, on a souvent fait le vide autour de nous. Mais peut-être est-il possible de garder, reprendre ou créer des contacts ?

Si vos enfants ne sont pas trop éloignés géographiquement, il est peut-être même possible de leur proposer de garder vos petits-enfants régulièrement. Vous rendrez service à vos enfants, permettrez à vos petits-enfants de se structurer, et vous, vous vous sentirez utile, actif(ve), resterez « dans le coup » et donc... vivant(e) !

L’activité physique et intellectuelle prévient le vieillissement et, évidemment, l’isolement. Dans ce domaine, les activités spécifiques aux seniors ne manquent pas. Renseignez-vous auprès de votre administration communale, il y a certainement des groupes organisés. Certains proposent des voyages et excursions, d’autres des rencontres et parties de cartes... Le choix ne manque pas.

Les groupes pour célibataires commencent à poindre également et sont ouverts aux seniors, quand ils ne leur sont pas totalement dédiés.

Certaines initiatives sont le résultat de projets de groupes d’amis, comme « les jeudis happy », d’autres sont animées par des associations et proposent tout un éventail d’activités, comme « les dimanches malins »…

Certains choisissent de reprendre des cours, d’apprendre, de cultiver leur savoir... ce qui est également un excellent moyen de faire des rencontres avec des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêt que vous. Ainsi, les cours de langues, les universités d’été, les académies de musique sont de formidables endroits de rencontres.

L’exemple des ateliers de cuisine pour célibataires

Delphine Ourlay propose des ateliers cuisine pour les célibataires dans la région namuroise. Depuis peu, et à la demande de quelques personnes, elle a décidé d’organiser des séances spéciales pour les seniors.

« Sans publicité pourtant, quelques personnes ont déjà manifesté leur intérêt. Je les lis pleines d’enthousiasme à l’idée de faire de nouvelles rencontres, mais aussi avides de rencontrer ce que certaines nomment encore leur "prince(sse) charmant(e)". Je trouve cela touchant et plein de belles énergies.

D’autres veulent faire "tout ce que leur mariage ne leur a pas permis de faire"... Tout un programme ! Toutes ces personnes évoquent également une éventuelle solitude... sans la dramatiser ! Je sens vraiment cette aspiration à vivre une seconde existence... peut-être plus riche et plus remplie de ce qu’elles souhaitent réellement faire, découvrir... pour elles... et plus pour les autres...

L’idée des ateliers pour célibataires m’est venue de par ma propre expérience. Lorsque j’étais célibataire, je trouvais les activités proposées réduites et froides ou formatées...

J’avais envie de proposer une activité avant tout conviviale, détendue et ludique. Il fallait aussi qu’elle allie ce que j’aime… La cuisine était le prétexte tout trouvé de ces rencontres. Je ne donne pas de cours de cuisine (même si les apprentissages sont présents)… mais je l’utilise pour faire se relier les gens. Dans mon petit cocon namurois, quatre hommes et quatre femmes se répartissent les tâches gourmandes pour préparer un menu alléchant et ensuite le savourer autour d’une belle table… On en apprend déjà beaucoup sur chacun lors de ce genre de soirée ! »

Quand on n’a plus le cœur à s’amuser

Pour certains, la douleur de la perte ou de la solitude est trop importante. Ils ne se sentent pas la force de faire le pas vers une activité amusante. Un deuil doit encore fait, des émotions doivent d’abord être exprimées. Il existe alors des groupes de parole, des groupes de thérapie. C’est le cas de Brigitte, 55 ans, divorcée depuis 4 ans. Elle a franchi récemment la porte d’un groupe thérapeutique et témoigne :

« Cette participation à un groupe m’a, en fait, dès les premiers échanges, fait ressentir que je pouvais sortir de mon isolement, de mon vécu de mon "je suis la seule à qui quelque chose de terrible est arrivé"....bref m’a permis de renouer avec une dynamique de vie et de vie sociale. Je suis une femme qui vit une situation pas évidente certes, mais qui a des ressources, qui n’est pas totalement anéantie, et j’ai aussi des aspects de ma vie qui vont bien...

J’ai entrevu, ou du moins recommencé à entrevoir, la bouteille à moitié pleine plutôt que la vide. C’est un bon moyen et je suis très contente d’avoir pris cette décision. »

Rencontrer le prince charmant : la tradition

Nous l’avons souvent entendu : « C’est en ne le cherchant pas qu’on le trouvera ». Il arrive donc souvent que, lors d’activités, dans un cours, ou lors d’un voyage, puisqu’on se sent bien, qu’on est à nouveau vivant, ouvert... les amitiés se créent, des liens se tissent et parfois, alors qu’on n’osait plus y croire, on tombe sur notre « perle rare ».

Cependant, certains d’entre nous sont plus impatients, ressentent très fort ce besoin de partager à nouveau leur vie avec quelqu’un...

Pour eux aussi, il existe différents moyens de partir à la conquête du Graal :

De manière "traditionnelle", tout d’abord. Tout le monde connaît les agences matrimoniales. Elles sont nombreuses. Soyez cependant toujours prudents en vous renseignant au préalable sur l’agence à laquelle vous vous adressez. Renseignez-vous bien sur les tarifs et conditions habituellement pratiqués afin d’éviter les mauvaises surprises.

Rencontrer le prince charmant : le fun

Par ailleurs, de plus en plus de moyens de rencontres modernes font leur apparition. Jusqu’à il y a encore quelques années, ils étaient principalement adressés aux plus jeunes, mais depuis 2003, il apparaît que les seniors s’en sont également emparés et représentent d’ailleurs la croissance la plus importante dans le public de ces e-rencontres.

Le speed-dating commence à élargir ses tranches d’âge. Le concept : 7 minutes pour rencontrer chacune des 7 personnes de sexe opposé présentes et que vous choisirez de revoir ou non. Bien qu’il puisse paraître barbare de premier abord, le speed-dating peut s’avérer plein d’humour et très ludique si on accepte de se prêter au jeu…

Deuxième possibilité : les sites de rencontres. Là encore, selon les sites, on peut choisir de faire des rencontres au sens large, et donc pourquoi pas amicales (C’est le cas de « rendez-vous.be » par exemple) ou d’annoncer clairement la couleur en recherchant l’âme sœur, voire parfois simplement une relation plus coquine...

Si vous choisissez ce moyen de communication pour rencontrer du monde, restez prudent : il est facile de tricher derrière son clavier. Lorsque vous pensez que le contact passe bien, privilégiez toujours une rencontre réelle. Parfois il arrive que l’on se rende compte que la réalité avait été falsifiée, ou que simplement le feeling n’est plus le même qu’à travers un écran d’ordinateur...

P.-S.

- Vous cherchez une activité

Ateliers culinaires www.les-ateliers-gourmands.be/

Centre permanent pour la citoyenneté et la participation www.cpcp.be

Service animations senior/intergénérationnel de la ville de Liège www.liege.be/vivre-a-liege/e...

Dimanches malins www.dimanchesmalins.be

- Vous cherchez des cours

Université du 3ème âge www.u3a.be

Cours de langues www.lsi-be.net

- Vous cherchez une rencontre amoureuse

Sites de rencontres

www.seniors-rencontres.com/

www.rencontre-senior.net