La recette des couples qui durent

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

La formule magique du couple solide ? Deux adultes qui ont bénéficié de l’attention bienveillante de leur mère lorsqu’ils étaient tout petits...

Dans le berceau

Selon la théorie de l’attachement, la solidité des liens amoureux et amicaux d’un adulte dépendrait du type de relation affective qu’il a pu nouer avec son adulte référent (mère, le plus souvent, mais aussi père, nourrice ou grand-parent) lors des premiers moments de sa vie.

La théorie, basée sur des recherches pédopsychiatriques, est loin d’être nouvelle. Elle était en effet apparue dans les années 50, mais avait été violemment remise en cause par les psychanalystes freudiens.

Ces dernières années, nous la voyons resurgir, avec les apports récents de la neurobiologie et de ses conséquences sur le comportement.

3 catégories d’individus

Chaque être humain pourrait schématiquement être classé dans l’une des trois catégories suivantes :

- les "sécures" : ils ont bénéficié de l’attention de leur "adulte référent", qui a répondu à leurs attentes. Leur cerveau ayant associé le schéma relationnel à l’ocytocine, ou hormone du bien-être, ils deviendront des adultes confiants dans leurs relations.

- les "évitants" : leur adulte référent n’ayant pas répondu à leurs attentes affectives, ils sont devenus des adultes très indépendants et peu enclins à exprimer leurs émotions.

- les "anxieux" : ils ont grandi auprès d’un adulte imprévisible et défaillant, et ont de ce fait associé le schéma relationnel à l’hormone du stress, l’adrénaline. Conséquence : ils sont en demande d’affection et de preuves, et craignent que leur partenaire ne les quitte.

Les meilleures et les pires combinaisons

- Confiant-confiant  : la combinaison la plus solide et harmonieuse.
- Evitant-évitant : une fois le partenaire trouvé (ce qui n’est pas simple, vu la retenue de chacun), la relation est très stable.
- Anxieux-anxieux : la combinaison la plus chaotique... et la plus rare !
- Evitant-anxieux : la relation est elle aussi assez chaotique, mais elle tient bon : l’anxieux a besoin de signes d’affection, qu’il n’obtient pas nécessairement, mais revient toujours, de peur de perdre son partenaire.