L’incontinence en 5 questions

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Les personnes souffrant de fuites urinaires n’osent généralement pas en parler à leur médecin traitant. Elles se sentent gênées, embarrassées... L’incontinence est cependant un problème médical sérieux dont il ne faut pas avoir honte. De plus, il est particulièrement dommage de ne pas aborder le sujet avec son médecin ; en effet, celui-ci peut proposer de nombreux traitements efficaces !

Qu’est-ce que l’incontinence ?

L’incontinence est la perte involontaire d’urine. Elle est causée par un mauvais fonctionnement du sphincter, le muscle qui sert à ouvrir et fermer la vessie.

En principe, lorsque notre vessie est remplie, le sphincter est stimulé, et nous ressentons l’envie d’aller aux toilettes. Nous "demandons" ensuite à notre sphincter de s’ouvrir ; l’urine sera dès lors libérée.

En cas d’incontinence, le sphincter ne fonctionne pas bien et l’urine fuit involontairement.

A quoi est-elle due ?

On distingue 3 types d’incontinences urinaires :

- L’incontinence d’effort : Aucun besoin ne se fait sentir, et pourtant, soudain (en cas d’effort, d’éternuement, de toux...), un peu d’urine s’échappe.

- L’incontinence "urgente"(on parle d’incontinence par urgences mictionnelles) : Un besoin très urgent se fait sentir... et il est trop tard !

- L’incontinence mixte : Cette dernière combine les 2 précédentes.

Qui touche-t-elle ?

Elle peut toucher n’importe qui : homme ou femme, jeune ou moins jeune.

Cependant, certains facteurs peuvent augmenter le risque d’incontinence. Il s’agit tout d’abord du genre. En effet, les femmes, et particulièrement celles qui ont connu une ou plusieurs grossesses, sont plus enclines à avoir des fuites urinaires. Le risque augmente également avec l’âge et avec certaines maladies, comme le diabète.

Faut-il boire moins ?

Certainement pas ! En effet, lorsque la vessie ne reçoit pas suffisamment de liquide, les urines sont moins diluées, ce qui risque d’aggraver le problème.

Cependant, il faut apprendre à "bien boire", c’est-à-dire boire régulièrement, mais par petites quantités, en évitant l’alcool, le café, le thé, le cola, ainsi que les jus d’agrumes.

Existe-t-il des traitements contre l’incontinence ?

Oui !

Dans certains cas, une modification de l’hygiène de vie sera suffisante. Il faudra ainsi :
- exclure le tabac ainsi que les aliments et boissons cités plus haut
- pratiquer un sport "non violent" (à savoir, les sports qui provoquent des chocs, à-coups)
- surveiller son poids
- éviter certains médicaments : antidépresseurs, somnifères, antidouleurs…

Dans d’autres cas, la rééducation viendra à bout du problème ; dans d’autres encore, la prise de médicaments sera nécessaire. Ce n’est qu’en dernier recours qu’une intervention chirurgicale sera envisagée.