L’ennemi sournois de notre santé : le bruit

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Le bruit, au même titre que les produits toxiques, provoque des effets néfastes sur notre santé. Responsable de troubles auditifs, il peut également avoir des effets sur notre organisme. Fiftytoo se penche sur la question.

L’échelle de bruit

- De 0 à 20 décibels, le son est pratiquement inaudible pour l’oreille humaine.

Exemples : dans le désert (0 à 10 dB), dans une cabine de prise de son (10 à 20 dB).

- A partir de 60 décibels, le son devient gênant.

Exemples : sèche linge, sonnerie de téléphone, téléviseur (60 à 70 dB), aspirateur, restaurant bruyant (70 à 80 db).

- Au-delà de 80 décibels, le son est nocif.

Exemples : tondeuse à gazon (80 à 90 dB), route à circulation dense, tronçonneuse (90 à 100 dB).

- A 100 décibels, le son est dangereux.

Exemple : discothèque, marteau piqueur (100 à 110 dB).

- Au-delà de 120 décibels, le son devient insupportable.

Exemples : sirène d’un véhicule de pompier, décollage d’un avion (120 à 130 dB), course de Formule 1 (140 à 150 dB), décollage de la fusée Ariane (180 dB).

Les effets du bruit

Le bruit est responsable de troubles auditifs tels que la fatigue auditive, la surdité, les acouphènes (bourdonnements ou sifflements continus) et l’hyperacousie (sensibilité extrême à certains sons), mais il peut aussi avoir d’autres effets sur notre organisme :

- Sur le système nerveux : augmentation du stress, diminution de la qualité du sommeil.
- Sur le système cardio-vasculaire : augmentation du rythme cardiaque, de la pression artérielle, du cholestérol et du risque d’infarctus.
- Sur le système immunitaire : diminution des défenses immunitaires.
- Sur le système visuel : diminution de la vision nocturne et de la perception des distances.
- Sur le système digestif : augmentation des risques d’ulcères, de colopathies, de gastrites...

Le bruit dans la loi

Les législateurs ont conscience du danger que représente le bruit. Des textes de loi réglementent l’intensité du bruit à 90 décibels dans les établissements publics tels que les salles de danse, de concert, les discothèques.

En pratique, ces normes sont très rarement respectées. De plus, chacun est libre de faire ce qu’il veut dans la sphère privée. Il est donc important d’avoir conscience de cette nuisance sonore trop souvent prise à la légère.

Comment se prémunir du bruit ?

L’intensité du bruit n’est pas la seule dont il faut se méfier, la durée d’exposition contribue également au risque de voir apparaître les symptômes précités.

Adoptez trois gestes simples :

1. Éloignez-vous de la source !

Ce conseil paraît évident, mais n’est malheureusement pas toujours possible. Appliquez-le dès que vous le pouvez.

2. Réduisez le bruit à la source !

Diminuez le volume de la télévision et de la stéréo. Évitez les bruits de chocs en demandant à votre entourage de ne pas claquer les portes, évitez de porter des talons quand vous marchez sur du carrelage.

3. Diminuez la durée de votre exposition au bruit !

La durée d’exposition tolérée par notre organisme dépend de l’intensité du bruit. Le taux maximum de tolérance de l’oreille par jour sont de :
- 8 heures à 85 dB
- 2 heures à 91 dB
- 15 minutes à 100 dB
- 1 minute à 112 dB

4. Protégez-vous du bruit !

Comme nous l’avons fait remarquer, il n’est pas toujours possible de fuir la source de bruit par exemple dans un bureau bruyant ou dans le lit conjugal si votre partenaire ronfle. Il est donc parfois utile de se munir de bouchons ou d’un casque anti-bruits.

Si vous ressentez des bourdonnements ou des sifflements fréquents, parlez-en rapidement à votre médecin.