L’automne, saison idéale pour ramasser les champignons !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

La Belgique est connue pour être une « terre de champignons ». Sa réputation n’est en effet plus à faire puisqu’elle est considérée comme le troisième pays d’Europe en diversité de champignons, juste derrière l’Italie et la France. Champignons comestibles, champignons toxiques, endroits pour les cueillir ou encore matériel à prévoir… on vous dit tout pour réussir la cueillette !

Lesquels sont comestibles ?

Bien qu’une centaine de champignons soient répertoriés en Belgique, seulement une vingtaine est comestible. Parmi les champignons qu’on adore : les cèpes que l’on trouve dans les forêts de conifères mais également sous les chênes et les hêtres. D’ailleurs on pourra également trouver des girolles (chanterelles ou crêtes-de-coq) ainsi que des pieds-de-mouton. Si on n’a pas envie d’aller en forêt on pourra retrouver des rosés des prés, des coprins chevelus ou encore des agarics (qui ressemblent fortement aux champignons de Paris) sur les pelouses et dans les prairies. Contrairement à ce que son nom laisse croire, la trompette de la mort est tout à fait comestible. C’est seulement parce qu’elles poussent au moment de la Toussaint qu’on les a nommées ainsi.

Où peut-on les cueillir ? Sous quelles conditions ?

La législation belge indique que la cueillette des champignons à usage personnel et non commercial est autorisée en forêt domaniale (propriétés de la région wallonne, flamande ou bruxelloise). En revanche, dans le cas de forêts communales et privées, c’est le propriétaire qui délivre l’autorisation. Pour les forêts domaniales, des règles ont été établies : la cueillette est autorisée entre le lever et le coucher du soleil. Chaque personne peut cueillir jusqu’à 10 litres maximum mais la récolte n’est pas autorisée les jours effectifs de chasse. Chaque cueilleur est ensuite libre de mener sa récolte comme il l’entend tant qu’il respecte les lieux dans lesquels il cueille. Certaines forêts se sont d’ailleurs vues ornées de panneaux « interdiction de ramasser des champignons » à cause du non-respect de certains cueilleurs. Attention également à la cueillette massive qui peut avoir des conséquences terribles pour le développement futur des champignons. Mais attention également aux champignons vénéneux qui ont aussi leur rôle à jouer dans l’écosystème.

Quel matériel prévoir ?

Même s’il n’y a pas d’équipement spécifique pour partir à la cueillette, prévoyez plusieurs paniers à fond plat. Ils permettent en effet de ranger les champignons soigneusement sans les écraser et en les laissant respirer, contrairement aux sacs plastiques. Séparer les champignons par espèce, afin qu’un champignon toxique ne contamine par les champignons comestibles. Munissez-vous également d’un petit couteau pour couper les champignons à sa base. Les forêts étant parfois humides et marécageuses, prévoyez une tenue imperméable et des bottes ou une bonne paire de chaussures. Si vous êtes novice dans la mycologie, vous pouvez choisir d’amener un guide de détermination des champignons mais surtout ne ramassez que les champignons que vous connaissez.

Comment les conserver ?

En arrivant à la maison, conservez les champignons dans un endroit frais et aéré et sans les tasser. Veillez ensuite à bien les nettoyer : enlever la peau du chapeau, couper le bas du pied, ou tout le pied si le champignon est abîmé. Les champignons se consomment dans les 2 jours suivants la cueillette, à moins de les mettre en bocaux. En outre, ne consommez que des champignons cuits.