Grands-parents et super nounous !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Selon une étude conjointe de Share (Enquête européenne sur la santé, le vieillissement et la retraite) et Elsa (Enquête anglaise longitudinale sur le vieillissement), sur la grand-parentalité en Europe, le "grand-parent" s’avère être un maillon essentiel dans la garde et l’éducation des bambins européens.

D’une façon générale, il ressort que 40% des aînés s’occupent ponctuellement de leurs petits-enfants. 11% en ont la garde chaque jour, quand les parents travaillent.

Entre temps partiel et temps plein, allocations familiales ou maigre subside, opportunités ou traditions séculaires, la politique mise en oeuvre dans chaque pays a un impact direct sur le comportement des citoyens... 12 pays sont passés à la loupe et classés en trois catégories :

Garde ponctuelle

C’est ainsi que le Danemark, la Suède et la France se retrouvent dans un groupe, où l’état fournit des services de garde solides : crèches, école maternelle... Un groupe où les grands-parents n’ont à priori pas de rôle à jouer. Cependant, les aînés sont souvent sollicités pour une garde au débotté, un plan B en cas de gros pépin, ou pour les vacances scolaires (51% en Suède, 59% au Danemark ou 50% en France).

Garde irrégulière

Un second groupe où l’état apporte une vraie contribution aux solutions de garde d’enfants (Allemagne, Royaume-Uni ou Pays-Bas). Parce que la politique de ces pays veut qu’une maman ait la possibilité de travailler à temps partiel, les services de garde sont monnaie courante, en particulier dans les grandes villes. Plus présents dans la vie de l’enfant, les jeunes parents ont moins tendance à confier leurs enfants, ou alors occasionnellement, en cas de maladie infantile par exemple. Pour exemple, seuls 2% des aînés aux Pays-Bas gardent leurs petits-enfants au quotidien.

Garde intensive

Enfin, un groupe où les grands-parents ont encore un rôle implicite dans la garde des petits-enfants (Hongrie, Espagne, Portugal ou Italie). Structures de garde rares ou inexistantes, pas ou peu de temps partiel... les parents sont poussés à déléguer la garde au quotidien, et donc l’éducation aux grands-parents (22% en Italie, 33% en Roumanie, 17% en Espagne ou 20% en Grèce).

... et à l’avenir ?

Un problème de taille reste à régler : l’allongement du temps de travail et les seniors encore sur le marché à un âge avancé... Les grands parents aujourd’hui pensionnés seront les prochaines années indisponibles avant 65, voire 70 ans... Comment s’organiseront les parents ? Et comment évoluera la politique familiale pour chacun de ces pays ? La question mérite d’être posée.