Grands-parents et petits-enfants : la nouvelle donne

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Souvenez-vous de l’image de vos grands-parents quand vous étiez enfants : deux individus fatigués, symbole d’autorité, de morale et de statisme. Observez maintenant les papys et mamies actuels ! Ils profitent de la vie au maximum, surprenant même les plus jeunes générations par leur audace et leur vivacité. Pour eux, le choix est large : s’impliquer activement dans l’éducation de leurs petits-enfants ou alors changer radicalement de vie quitte à chambouler le schéma familial !

Vie en famille

Plus disponibles que jamais, les grands-parents ont désormais l’occasion de tisser des relations privilégiés avec leurs petits-enfants. Avec une espérance de vie grandissante, ils profitent davantage du bonheur de voir évoluer ceux-ci, de la naissance à l’âge adulte.

Il y a quelques années, les ainés ne voyaient leurs petits-enfants qu’au hasard du calendrier. Aujourd’hui, ils ont tout le loisir d’accomplir des activités avec eux, de leur enseigner les choses du quotidien, profitant de ce que les parents sont accaparés par le rythme du travail.

Le bénéfice est à double sens : les grands-parents transmettent à l’enfant les valeurs familiales et une vision du monde moins matérialiste tandis que les enfants leur permettent de garder l’esprit ouvert et d’être stimulé en permanence.

De nouveaux schémas familiaux

Une autre tendance apparaît chez les nouveaux grands-parents : ils n’hésitent plus à changer de vie, à privilégier leur propre plaisir, à se libérer. On remarque, par exemple, que les personnes de plus de 50 ans divorcent tout autant que celles de 30 ans. Après une vie commune passée à construire une famille et mener leur barque professionnelle, les seniors n’hésitent plus à faire table rase et à quitter leur conjoint.

Le nombre d’années qui restent à leur disposition y est clairement pour quelque chose. Davantage de temps devant soi, davantage de temps pour sa vie de couple : une perspective qui peut mener à l’épanouissement comme à l’impasse.

Ces divorces sur le tard donnent lieu à des schémas familiaux bien plus complexes qu’auparavant et à des liens entre générations bien difficiles à cerner. Ainsi, un grand-père divorcé et retrouvant une compagne peut devenir père à nouveau : la différence d’âge entre ses petits-enfants et son enfant s’en retrouve fortement réduite et peut porter à confusion.

Au lieu de se tenir éloignés de la société, les grands-parents évoluent avec celle-ci. Avec plus d’argent accumulé, plus de temps, moins de considérations morales et religieuses, l’envie se fait souvent pressante de retrouver son indépendance. Pas question de repli sur soi !

Nombreuses sont les personnes qui démarrent une nouvelle vie après 50 ans (nouveau partenaire, nouvelle vie ailleurs) mais qui entretiennent un contact avec leur ancien conjoint via l’éducation des petits-enfants, dernier lien qui les unisse encore.

Voir l’article « Mamy, mode d’emploi ».