Êtes-vous nomophobe ?

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Vous faites demi-tour quand vous croyez avoir oublié votre GSM chez vous ? Vous êtes stressé à la simple idée d’être injoignable ? Prenez garde : la nomophobie vous guette peut-être...

Qu’est-ce que la nomophobie ?

La nomophobie, contraction de l’expression "no-mobile-phone phobia", se manifeste par une peur panique d’être séparé de son GSM.

La sensation d’être toujours joignable ainsi que la possibilité de passer un appel à tout moment sont particulièrement addictives. En conséquence, de nombreuses personnes ressentent un léger inconfort lorsqu’elles sont séparées de leur GSM. Chez d’autres par contre, l’éloignement est à l’origine de réactions nettement plus violentes : crises de panique, accélération du rythme cardiaque, nausées ou encore tremblements. Cette deuxième catégorie de personnes souffre très clairement de nomophobie.

Pour pallier leur peur, les nomophobes prêtent une attention toute particulière à leur chargeur de GSM et disposent parfois même d’un téléphone de rechange !

Chez les jeunes... et les moins jeunes !

Selon une récente étude britannique, le phénomène serait de plus en plus répandu. Et si la nomophobie touche surtout les 18-24 ans, suivis de près par les 25-34 ans, elle n’épargne pas les 55 et plus, qui occupent la 3e place du podium !

L’étude nous apprend également que le nombre de femmes nomophobes est en pleine croissance. Ceci s’explique assez facilement. En effet, les hommes ont tendance à apaiser leur angoisse en en achetant un second GSM.

Les nomophobes, qui craignent perpétuellement de "rater quelque chose", n’éteignent jamais (ou presque) leur GSM. Chez les 55 et plus, c’est essentiellement par souci de sécurité ; de la sorte, ils peuvent faire appel à quelqu’un en cas de besoin.

Apaiser la peur...

Pour apaiser leur angoisse, les nomophobes peuvent s’acheter un second GSM ainsi qu’un chargeur de rechange, ou encore copier leur carte SIM sur leur ordinateur.

La solution la plus raisonnable semble cependant de faire face au problème et de se de dés-asservir de l’objet source de tant de douleurs... Prenez par exemple l’habitude de laisser votre GSM en dehors de votre chambre et de l’éteindre de temps en temps.

Si cela vous semble inenvisageable, il est indiqué de songer à un traitement : relaxation, thérapie, etc.