Disputes de couple

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

« Nous sommes ce qu’on peut appeler un vieux couple, et comme le dit cette expression populaire, nous avons souvent des disputes ! Cela a commencé il y a quelques années, lorsque nous nous sommes tous les deux retrouvés à la maison, nous avons commencé à vivre dans une tension permanente, où la moindre petite chose nous faisait exploser... Cela devient invivable, j’en viens à me demander si tout ça ne vient pas simplement de l’amour qui se serait évanoui... Je ne sais plus quoi faire, j’ai même pensé partir, mais à mon âge... »

Gisèle, 69 ans, Wavre.

Tout d’abord Gisèle, Félicitations ! En effet, le couple traverse, et c’est normal de nombreuses crises tout au long de sa vie.

Vous traversez en ce moment celle qui est liée à votre mise à la pension à tous les deux. Mais avant elle, vous avez déjà traversé nombre d’autres événements difficiles : au tout début de votre relation, vous avez connu une phase de désidéalisation, souvent la plus critique, celle où l’on se rend compte que l’autre a sa personnalité, ses défauts, mais où l’on reste quand même, parce que l’amour et l’envie de construire sont plus forts.

Ensuite, même si on ne les voit pas forcément de cette manière, l’arrivée des enfants, l’emménagement et le ou les déménagements, le départ des enfants... sont autant de crises par lesquelles vous êtes passés, et desquelles vous êtes sortis non seulement indemnes, mais aussi grandis !

En effet, alors que l’on pense toujours que la réussite d’un couple repose avant tout sur l’amour qui unit les deux personnes, la réalité est tout autre. C’est bel et bien dans la manière de traverser les crises et de gérer les conflits que résident la force et la solidité d’un couple.

Les disputes conjugales sont non seulement inévitables, parce que nous sommes deux personnes distinctes avec des avis, opinions, désirs et parfois valeurs différentes, mais en outre, elles sont nécessaires à l’évolution du couple. Les crises conjugales sont aussi des crises de croissance personnelle.

Les disputes de couple, c’est donc normal ?

Oui, tous les couples connaissent des conflits. Les thématiques souvent à l’origine de ces disputes sont l’éducation des enfants, le budget familial, les belles-familles, les tâches ménagères, la sexualité...

Il est important de garder à l’esprit que l’on peut être heureux ensemble même si des désaccords subsistent. Il est en effet utopique de penser que l’on va, même avec beaucoup de dialogue, être d’accord sur tout. Vous avez votre personnalité, vos idées, et à moins que l’un des deux s’écrase devant l’autre (ce qui n’est pas sain, il est inutile de vous le préciser), ces différences subsisteront.

Gérer les conflits de couple

Comment ? Par le dialogue et la négociation.

Des psychologues ont classé les différentes manières de se comporter face à un conflit, selon l’importance donnée à l’objectif personnel et à la relation. Ils ont représenté ces comportements par un animal.

Ainsi,

- Le requin accorde énormément d’importance à son objectif personnel et peu au maintien de la relation. Il va parfois se montrer agressif, intimidant, parfois manipulateur pour préserver son opinion et arriver à ses fins.

- Le nounours accorde énormément d’importance à la relation, au couple, au détriment de son objectif personnel. Il va minimiser, se montrer conciliant, ou au pire, s’écraser pour donner raison à l’autre, pour continuer à être aimé.

- La tortue déteste le conflit. Pour elle, mieux vaut fuir, nier les choses, éviter le sujet... Elle préférera ne même plus voir la personne, l’éviter, que de subir un conflit ou engager le dialogue. Le risque est de laisser « pourrir » le conflit, qui pourra réapparaître plus tard, suite à une accumulation par exemple.

- La chouette accorde de l’importance à son objectif, mais ne veut pas nuire à la relation. Elle va donc tenter le dialogue, la négociation, va s’exprimer et accepter de lâcher un petit morceau de son territoire pour que chacun s’y retrouve.

Selon les situations, les personnes, le contexte, on peut évidemment se retrouver dans chaque catégorie, à des niveaux différents... L’idéal étant évidemment de pouvoir dialoguer afin de préserver et son identité et la relation.

Inutile cependant de vouloir en faire trop. Certaines personnes vont vouloir tout verbaliser, gérer tous les conflits, donner leur opinion sur chaque chose et entendre celle de leur interlocuteur. Trop de négociation tue la négociation : à vous de voir les conflits qui nécessitent un dialogue.

Si votre conjoint oublie une fois ses chaussettes à côté du bac à linge sale, que ça n’arrive jamais, il n’est peut-être pas utile de vous asseoir au salon pour en discuter...

Comment régler ces disputes de couple ?

En vous exprimant !

Comme le dit l’adage, « Le tu tue », veillez donc dans un premier temps à vous exprimer en « je ». Votre interlocuteur ne se sentira pas attaqué et sera certainement plus prompt à vous écouter.

Prenez du recul

Si vous êtes dans l’émotion, la colère par exemple. Il va être très difficile de négocier. L’émotion déborde sur la raison, on n’est pas capable de réfléchir dans ces moments-là. Prenez alors d’abord un temps pour vous, pour souffler, faire ce qui vous fait du bien (certains ont besoin de se dépenser, d’autres de crier un bon coup, d’autres de nettoyer la maison, d’écrire leur colère, de téléphoner à un ami...) quitte à dire à votre compagnon « J’aimerais qu’on en reparle plus tard. »

Dialoguez

Ensuite, il existe de nombreuses méthodes de communication non-violente. Une des plus répandues est la technique du DESC. Celle-ci peut, d’un premier abord, sembler artificielle et difficile à mettre en pratique. Cependant, avec un peu d’expérience (d’abord sur des choses simples « pour essayer ») vous verrez qu’elle deviendra un mode de communication très aisé et naturel.

Elle consiste en :

- Décrire : Décrire le plus objectivement la situation, les faits et comportements qui vous posent problème.

« J’ai vu que tes chaussettes traînaient par terre dans la salle de bain, et ce à trois reprises. »

- Exprimer : Exprimer le désagrément, les désaccords, raconter ce que le comportement provoque chez vous (tristesse, colère, sentiment d’abandon, d’humiliation, peur...).

« Je suis découragée de devoir les remettre moi-même à chaque fois dans le panier à linge, et cela me met en colère. »

- Solutions : Spécifier les modifications que l’on voudrait observer dans le comportement de l’autre, il est également possible de proposer ce que nous sommes prêts à mettre en place.

« J’aimerais que tu veilles à les mettre simplement dans le panier à linge, nous pouvons trouver, si tu le désires un endroit plus approprié pour le placer. »

- Conséquences : Insister sur les bienfaits attendus, expliquer les conséquences heureuses s’il y a un changement, et les inconvénients dans l’absence de solutions.

« Je serai contente et cesserai donc de ronchonner quand je reviendrai près de toi après être passée dans le dressing. »

L’idéal est bien entendu que les deux protagonistes utilisent cette technique pour s’exprimer tous les deux de manière plus posée et chercher des solutions qui conviennent à chacun. Cependant, lorsqu’un seul communique de façon non-violente, cela a déjà l’effet de diminuer les tensions et d’éviter l’escalade de violence.

Et si cela ne suffit pas ?

Les conflits incessants peuvent trouver leur origine dans le mode de fonctionnement de l’un, l’autre, ou des deux partenaires.

Certains s’y complaisent, comme ces couples sanguins qui montent très vite dans la colère et les explications vives, mais retombent aussitôt, il n’y a évidemment pas lieu de s’inquiéter.

Chez d’autres cela provoque un malaise plus ou moins important, il peut alors être intéressant, voire nécessaire, de faire appel à un professionnel afin de, au choix, comprendre ce mode de fonctionnement, trouver l’origine de ces comportements (qui peuvent remonter à notre enfance), ou acquérir des techniques qui refaçonneront notre manière de communiquer...

P.-S.

Pour aller plus loin

- « Cartographie d’une dispute de couple. Le secret des couples heureux », Yvon Dallaire, Ed. Jouvence

Pour vous exercer

- http://www.cnvbelgique.be/