Devenir grand-mère ou grand-père, un cap à passer

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Devenir grand-parent peut parfois être un cap difficile à passer. Entre peur de vieillir et joie d’accueillir ses petits-enfants, il faut trouver un juste milieu.

Dans son livre « L’art de ne pas être grand-mère », la comédienne Agathe Natanson raconte sa réaction lorsqu’elle a appris qu’elle allait devenir grand-mère : « Quand on m’a dit ‘tu vas être grand-mère’, ça a été quelque chose de très violent pour moi. J’ai tout de suite eu l’image d’une dame âgée avec des cheveux gris, une dame toute triste. Et je l’ai refusée, cette image. J’avais cette mauvaise image, car je n’ai moi-même pas eu de grand-mère », a-t-elle livré lors d’une interview sur Europe 1.

Son livre s’adresse donc aux personnes pour qui le passage de parents à grands-parents représente un cap difficile à passer. Tout au long de son ouvrage, elle transmet ses petites astuces pour accepter plus facilement ce statut. Elle explique ainsi qu’elle n’a jamais voulu se faire appeler « mamie » car cela a une connotation de « vieille dame », ses petits-enfants l’appellent donc Agathe. Ce refus de se faire appeler mamie ou papy est assez commun chez les seniors, ceux-ci redoublent donc d’imagination pour trouver un surnom mignon que leurs petits-enfants pourront utiliser.

Pour Agathe, la grand-mère idéale doit apporter de la joie et de la gaieté, et surtout, elle ne doit pas changer sous prétexte qu’elle devient mamie ! La comédienne refuse donc de se laisser vieillir et compte bien rester « super-mamie » le plus longtemps possible. Dans son livre, elle prend exemple sur Catherine Deneuve, Simone Veil ou encore Jane Birkin : « Elles sont toutes grands-mères et elles sont divines ! Elles continuent de plaire. Et c’est important ».

Selon la psychologue Sabrina Philippe, « le rôle du grand-parent est d’apporter quelque chose de différent du parent. Il faut savoir poser les limites tout de suite. Un papy ou une mamie n’est pas toujours disponible ! ». Et cela, Agathe l’a bien compris. Elle confie organiser ses vacances et ses weekends en fonction de ses petits-enfants, mais refuse catégoriquement de devenir la grand-mère « bouche-trou » que l’on appelle au dernier moment. En effet, devenir grand-parent ne signifie pas vivre uniquement pour ses petits-enfants.

Le plus important dans tout cela est de rester soi-même et de trouver le petit « truc » qui fera qu’on est une super-mamie ou un super-papy !