Cybercriminalité : les « digital seniors » sont une cible facile

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

En quelques années, le statut des seniors face au pouvoir d’Internet a beaucoup changé. Aujourd’hui, la curiosité des septuagénaires pour la toile en fait la cible privilégiée des escrocs du web. Voici quelques pistes pour éviter les arnaques sur Internet !

Des seniors « digitaux »

Les aînés sont aujourd’hui de vrais consommateurs du web. Tablettes, smartphones, ordinateurs... : selon une étude réalisée en 2016 en France pour Cogedim Club, 69% des seniors possèdent au moins un appareil connecté. 65% d’entre eux ont Internet à la maison. Enfin un sur trois dit l’utiliser régulièrement. Les aînés surfent sur le web majoritairement pour s’informer sur l’actualité, pour communiquer avec des amis, des proches et la famille, pour lire les avis sur des produits ou des services, regarder et échanger des photos ou encore suivre leur compte bancaire en ligne. Le web est pour cette tranche de la population plus un outil qu’un média de divertissement. 41% des seniors interrogés sont néanmoins curieux et attirés par les multiples utilisations possibles de la toile.

Une cible idéale

Vulnérables et supposément rentables (dans l’esprit des escrocs), nos aînés restent peu (ou mal) informés des menaces que représentent les diverses arnaques en ligne. Ceux qui vivent seuls sont d’autant plus menacés qu’ ils n’ont pas sous la main un proche, dont l’avis pourrait être déterminant avant de prendre une décision financière, par exemple. Souvent repliées à la maison, les personnes âgées sont de surcroit facilement joignables par téléphone et très disponibles sur le web.

Les indices pour reconnaitre les arnaques en ligne

Usurpation d’identité et vol de numéro de cartes bancaires sont les arnaques les plus fréquentes.
Que cela passe par un malware (ou virus), un spyware (logiciel espion) ou une escroquerie par email, le but est toujours le même : voler de l’argent. Alors comment se protéger ? Imaginer le pire avant toute tractation est une bonne idée.

Il existe plusieurs règles à suivre :
• Installez un logiciel anti-virus, un anti-espion, un pare-feu pour protéger votre ordinateur.
• Lorsque vous faites des achats sur Internet, vérifier toujours la présence de l’icone de sécurité (cadenas ou clé) lors du payement. Il peut se trouver en bas du navigateur ou à côté du lien du site.
• Lisez les avis sur le site fréquenté avant de confirmer votre achat, et vérifiez systématiquement les mentions légales du site.
• Ne rappelez pas un numéro de téléphone inconnu sous prétexte qu’une page internet vous le demande.
• Ne donner jamais vos données personnelles, votre numéro de carte bancaire par exemple, au téléphone.
• Ne jamais installer les programmes de provenance inconnue.
• Si vous êtes victime d’une arnaque, contactez votre banque en urgence pour prendre les mesures nécessaires, puis déposez une plainte auprès des autorités locales.

Il existe différents scénarii qui vous aideront à reconnaitre une arnaque :
Votre navigateur se bloque, vous ne pouvez rien faire si ce n’est contacter le numéro qui s’affiche sur votre écran. Lorsque vous appelez, on vous donne une explication « logique » et vous demande une certaine somme d’argent pour débloquer l’ordinateur. N’en faites rien, c’est une arnaque fréquente. Des solutions pour fermer ces pages existent, consultez les forums, et si vous ne savez rien faire, alors redémarrez l’ordinateur, ça vous coûtera moins cher...
Le mail frauduleux : vous recevez un courriel vous proposant un investissement « intéressant » ou vous annonçant que vous avez gagné le gros lot. Ces messages ont pour but de voler vos informations personnelles. Commencez par ne pas ouvrir les mails qui vous paraissent suspects, redirigez les vers les spams (ou la corbeille). Si vous ouvrez ce type de mail par inadvertance, ne cliquez jamais sur les liens de provenance inconnue. Enfin, les fautes d’orthographe d’un courriel « officiel » peuvent vous mettre sur la voie (c’est un faux !).

Rappelez-vous, votre banque ne vous demandera JAMAIS vos coordonnées bancaires par courriel.
Dans le même ordre d’idées, Facebook, Google ou Twitter ne vous demanderont JAMAIS vos mots de passe ! Cette règle est valable sur TOUS vos comptes en ligne.