Compostez chez vous !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Le compost est idéal pour jardiner bio : il alimente les sols en matières organiques, dans le respect de l’environnement. Il provient des déchets ménagers… Une façon intelligente de recycler !

Un amendement naturel et efficace

Les jardiniers bio mettent la priorité sur la composition du sol. Leur objectif : l’enrichir. Les matières organiques du compost activent la faune souterraine, qui les décompose. Ce mécanisme naturel améliore la structure du sol et libère des éléments nutritifs.

L’application en paillis

Le paillis maintient l’humidité du sol et améliore sa structure. Si la terre est légère, il lui donne consistance. Si elle est lourde, il l’allège. Résultat :
- Un sol plus fertile, dans lequel les nouveaux plants pénètrent plus facilement.
- Une terre protégée des brusques changements de température et des mauvaises herbes.
- Un lieu accueillant pour les prédateurs des nuisibles.

Étalez le compost dans les couches superficielles du sol. Il s’agit de la couche arable, dont la profondeur est d’une quinzaine de centimètres.

Le bon compost

Le compost est plus ou moins fertile, plus ou moins riche en matières organiques. Selon l’état de vos plantes et la saison, choisissez le bon compost :
- En été et au printemps : versez des amendements très fertiles.
- En hiver, il faut protéger votre sol : étalez une épaisse couche de paille et d’écorce ou de feuilles mortes.

Le compost dans votre jardin

Le compost de jardin est constitué des déchets végétaux et animaux. Il produit un bon amendement très fertile.

Pour construire votre compostière, prévoyez quatre panneaux pour les parois. Préférez des parois étanches, avec des petits trous pour l’aération.

Quel coin dans votre jardin ? Réservez-lui un endroit au fond du jardin, à même la terre et à l’abri des courants d’air. Peu importe que le compost soit à l’ombre ou au soleil. Gardez un espace à côté de la compostière pour pouvoir manipuler le tas : le retourner, le vider…

LA règle de base du compostage, c’est l’équilibre entre des matières azotées (vertes) et des matières carbonées (brunes)

1. Les matières vertes, molles et humides Ex : Déchets de tonte, feuilles de légumes, pelures de fruits… Elles contiennent de l’azote, qui alimente les parties vertes des plantes et assure leur croissance. Elles se décomposent rapidement.

2. Les matières brunes, dures et sèches Ex : les feuilles mortes, les branchages, la paille, le papier essuie-tout, les journaux… Soit ce qui est non comestible et de lente décomposition. Ces matières sont riches en carbones.

Dans le compost, évitez :
- L’huile, la graisse, les viandes et poissons... au risque d’attirer les petits rongeurs !
- Les matières traitées, comme le bois de charpente. Petit conseil : écrasez vos coquilles d’œuf, de décomposition très lente.

Patience ! Avec l’expérience, vous connaîtrez l’équilibre idéal entre azote et carbone, pour assurer la bonne décomposition de votre tas.
- Tas trop humide ? Ajoutez des déchets secs.
- Tas trop sec ? Complétez avec des matières vertes, ou passez un petit coup d’arrosoir.

L’astuce : des provisions de matières sèches ! Votre tas a besoin de matières sèches. Mais c’est l’été et elles se font rares dans la nature… Stockez-en pendant les saisons froides pour ne pas tomber en pénurie !

Combien de temps ? Cela dépend des matières qui composent votre tas. Si le mélange est bien fait, vous obtiendrez du compost en 6 mois. Le compost se crée d’abord dans le bas du tas. Pour un mètre cube de compost, vous consacrerez au maximum une heure par an.

Utilisez votre compost :
- Étendez une bâche à côté de votre tas, et déposez-y la partie non compostée, c’est-à-dire le dessus du tas. Allez jusqu’à la matière compostée. Prenez la matière compostée dans une brouette, puis replacez le tas non composté dans la compostière.
- Étalez votre compost : deux brouettes (100 litres) sont nécessaires pour fertiliser 5m² de sol, à raison d’1 cm d’épaisseur.

Le compost dans votre maison

Connaissez-vous le vermicompost ? Dans un bac, vous jetez des déchets de cuisine relativement humides. Ils sont compostés par les vers, sans odeur. Vous obtiendrez le percolat, cet engrais liquide qui servira à vos plantes d’intérieur. Vous trouverez de très bonnes vermicompostières sur le marché.

Article réalisé avec l’aide de Vincent Gobbe (Nature et Progrès).

P.-S.

Encyclopédie du jardinage bio, Larousse 2003 Lespinasse, J.-M., Le jardin naturel, Editions du Rouergue. Nature et progrès, www.natpro.be.