Comment la publicité nous manipule !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

On aime à penser que la publicité ne nous atteint pas, qu’elle a peu d’impact sur notre esprit. Mais si tel est le cas, pourquoi une marque de soda archi célèbre prendrait la peine de nous viser individuellement en proposant une étiquette à notre prénom ? C’est bien que notre esprit critique n’est pas capable de nous distancier totalement des publicités et des messages qu’elles transmettent. Fiftytoo vous fait découvrir quelques-unes des techniques employées par les publicitaires.


La publicité est aussi vieille que le commerce. Si à ses débuts, elle se contentait de décrire le produit et ses fonctionnalités, la rentabilité est devenue rapidement le fer de lance des constructeurs et autres vendeurs. Et si l’objectivité d’un besoin ne suffisait plus à pousser le consommateur à l’achat, il fallait utiliser l’affect…

Parfois, vous vous demandez pourquoi certaines publicités sont à ce point stupides… Parce que cela marche, pardi ! Les spots sont stupides à dessein. Le but des publicitaires est de « perméabiliser le cerveau » de façon à le rendre plus réceptif aux messages diffusés. L’esprit humain est conditionné pour se défendre en cas d’agression, mais si le message semble inoffensif, et qui plus est rapide, on n’a pas le temps de se défendre et le message passe…

Une méthode fort utilisée est celle de la « comparaison sociale ». L’homme est en quête constante de reconnaissance, voire de suprématie sur ses congénères. Il en veut toujours plus que son voisin, et tente de réagir lorsqu’il sent ce dernier le dépasser. Certains spots et slogans vont uniquement reposer sur la jalousie, et la peur d’être socialement largué.

Une autre technique, bien plus vicieuse, est celle de la congruence « programme-publicité ». Cette technique repose sur le montage des programmes télévisés. Des spots sont diffusées à heures régulières avant et après un documentaire ou le journal télé. Mais cette fois la publicité pour une boisson, par exemple, sera programmée avant la scène d’un film, où les protagonistes consomment ce même produit. Vous n’y avez pourtant prêtez qu’une faible attention, mais suffisante pour que vous ressentiez à votre tour le besoin de goûter à cette boisson.

On peut également avoir recours aux sentiments, et c’est une méthode très efficace, « Si l’on parle au cœur les possibilités deviennent infinies » disait Steve Jobs. Ainsi, après la diffusion d’images chocs d’un clip de prévention des dangers de la route, un spot vantant la technologie supérieure d’une voiture, apte à assurer notre sécurité et celle de nos proches, sera d’une grande efficacité.

La méthode « bling bling » n’est pas mal non plus. L’argent aurait pour effet de rendre les gens plus individualistes. De fait, il est courant que les jingles y fassent subtilement référence - logos argentés ou dorés par exemple - avant de diffuser une publicité pour des produits de beauté, cosmétiques, amincissants… Le spectateur égocentrique et près de ses sous sera plus réceptif à ce message épicurien.

Enfin, autre méthode : « le conditionnement associatif ». On va associer une publicité à un fond sonore, apprécié du plus grand nombre ou qui culturellement nous est familier. Les magasins ont aussi leurs règles : Dans un supermarché, on diffusera volontiers une musique populaire, rythmée et accélérée, souvent vulgaire… dans le but de nous voir faire nos achats rapidement et laisser place pour un maximum de clients. Au contraire, dans un restaurant ou un magasin de vêtements, la musique sera plus calme, hypnotique, voire lounge ou psychédélique. Le but étant de nous faire rester, goûter, et… consommer.

Ces petites « révélations » vous aideront peut-être à mieux cerner les mécanismes des publicitaires.

Pour d’autres informations, rendez-vous sur fiftytoo : http://www.fiftytoo.be/fr/20130307-...