Botox et produits de comblement

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Les personnes complexées par leurs rides et le relâchement de leur visage optent volontiers pour les injections de toxine botulique, communément appelées Botox. Cette toxine injectée, depuis une vingtaine d’années, s’attaque à la partie supérieure du visage. Pour le bas, ce sont les produits de comblement qui redonnent du peps aux tissus relâchés.

Des injections provisoires, mais visibles !

Même pour les personnes les plus complexées, la chirurgie esthétique peut sembler être une solution extrême.

Alors, quelle alternative proposer dans ces cas-là ? Les soins palliatifs, comme les injections, bien sûr ! En effet, si les effets obtenus sont provisoires, ils n’en restent pas moins visibles.

« Avec les produits de comblement, les patients arrivent, on fait l’injection et puis ils s’en retournent. Avec le lifting, ce n’est pas le cas. La décision doit être mûrie pour un acte chirurgical », résume le Dr Yves Walschot, chirurgien plastique.

Pas de contre-indication pour l’injection, sauf dans les cas de maladies neuromusculaires ou de grossesse. Vous pouvez les effectuer à tout moment de l’année, car les expositions solaires ne sont pas incompatibles. Et enfin, il n’y a aucune limite d’âge !

L’injection de toxine botulique

Le procédé est assez simple. « La transmission neuromusculaire est empêchée par la toxine botulique. Les synapses neuromusculaires sont donc bloquées, ce qui entraîne une paralysie du muscle. Comme les muscles sont intimement liés à la peau, quand le muscle ne se contracte pas, la peau ne bouge pas. On ne voit donc pas de ride », décrit le Dr Yves Walschot. Plus on introduit de doses, plus le muscle est immobilisé. On peut donc faire varier l’effet, et ainsi choisir un résultat plus ou moins naturel, selon les goûts.

Le botox s’injecte essentiellement sur la moitié supérieure du visage : les rides du lion, les pattes d’oie, les paupières, les sourcils… On n’injecte pas la même dose sur le front et sur les pattes d’oie : à chaque zone sa concentration.

Il faut compter entre 300 et 500 euros par unité injectée. La zone du front nécessite plus d’unité que les autres zones, elle sera donc la plus onéreuse. Si plusieurs zones sont effectuées en même temps, cela reviendra moins cher que de procéder zone par zone. L’injection est à répéter environ tous les 6 mois, puis tous les ans en fonction des résultats obtenus.

Les produits de comblement

Ce procédé comble les déficits du bas du visage. Une bouche qui tombe, fréquente chez les femmes qui fument, ou celles qui portent une prothèse dentaire, peut par exemple être rehaussée grâce au produit de comblement, l’acide hyaluronique

En cas d’injection d’un produit de comblement, il faut également répéter l’opération tous les six mois. « La spécificité de ce produit, c’est qu’il reste plus de 12 mois, mais de manière dégressive. Au bout de 6 mois, la moitié est partie, et cette moitié que l’on vient combler par une nouvelle injection », explique le Dr Yves Walschot. Les injections peuvent alors par la suite être plus espacées.

Les commissures des lèvres peuvent également être traitées avec le produit de comblement. « Pour obtenir la forme désirée, que ce soit sur les lèvres ou ailleurs, on y va par étapes avec les injections. Tant qu’il reste du produit dans la seringue, le patient peut revenir pour des ajouts s’il le désire ». Pas de mauvaise surprise, donc : c’est du sur-mesure !

P.-S.

Article réalisé avec l’aide du Dr Yves Walschot, chirurgien plastique et esthétique – Ixelles.