Au secours, mes enfants divorcent !

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

De nos jours, de plus en plus de couples se séparent. Les seniors sont donc de plus en plus confrontés au divorce de l’un de leurs enfants. Cette épreuve pour le couple en rupture, en est également une pour leurs parents. Doutes, questions, culpabilité... Comment le vivre et quel rôle jouer dans cette histoire qui nous touche tant ?

Suis-je un bon parent ?

« Quand il m’a annoncé qu’ils se séparaient, j’ai retrouvé le petit garçon fragile qu’il était autrefois… » A l’annonce de la nouvelle, c’est souvent l’inquiétude qui prend le dessus : comment va-t-il/elle s’en sortir ? On reprend son rôle de parent et, réfléchissant à la situation, on se demande ce qu’on a bien pu rater dans son éducation pour qu’il vive ces difficultés.

Vous vous inquiétez pour votre enfant, c’est bien normal, mais évitez de lui faire part de ces interrogations : il est déjà en proie à sa souffrance et a probablement plutôt besoin d’une épaule, d’un soutien de votre part.

Gérer ses émotions

Pour vous cependant, il est important de trouver un lieu où parler de ce que vous vivez. Le divorce d’un de nos enfants signifie aussi symboliquement la fin d’une promesse de bonheur. Vous pensiez qu’il était bien parti, que vous aviez terminé votre devoir de parent et il vous revenait plus démuni qu’avant… Le temps est suspendu. Va-t-il s’en remettre ?

Que la nouvelle soit inattendue ou qu’elle confirme une crainte diffuse, elle sera vraisemblablement ressentie comme un échec pour les parents. Ceux qui sont en couple vont se dire qu’ils n’ont pas réussi à transmettre les valeurs qui leur ont permis de rester unis, ceux qui ont connu la séparation penseront qu’ils ont été un mauvais exemple. Est-il utile de vous dire que vous n’y êtes pour rien ? Non, au fond de vous, vous le savez !

Parlez-en à vos amis, peut-être ont-ils aussi connu cette épreuve. Écouter les témoignages d’autres parents, pouvoir déverser votre tristesse, votre colère, votre peur... et cela, sans être jugé, vous fera le plus grand bine et vous aidera à faire votre deuil.

Le divorce et les petits-enfants

Si l’on s’inquiète du bien-être de son enfant, il en est de même, sinon plus, pour ses petits-enfants. Que le divorce soit ou non pour eux une délivrance, après des mois voire des années de disputes incessantes entre leurs parents, la séparation reste toujours un traumatisme pour eux, un passage vers une autre vie. Pour eux aussi, les questions et la culpabilité peuvent être de la partie !

Ils ont alors un grand besoin de vous. En effet, leurs parents peuvent être aussi bons, aussi à l’écoute que possible, ils sont tant en proie avec leur propre douleur qu’ils ne pourront apporter le soutien nécessaire à leurs enfants.

Voir l’article « Grands-parents et petits enfants : la nouvelle donne ».

Votre présence sera alors pour eux un précieux soutien, peut-être pourrez-vous leur donner l’exemple du « couple qui tient », mais surtout vous pourrez les écouter, sans jugement, leur permettrez d’exprimer leur souffrance, leurs questions...

J’en veux à mon ex-belle-fille/beau-fils !

La difficulté pour vous sera probablement de veiller à ne jamais prendre parti. Le conflit conjugal est quelque chose de complexe et doit rester l’affaire du couple. En outre, vos petits-enfants n’ont pas à supporter que l’on discrédite un de leurs parents. Quoi que ceux-ci fassent ou aient fait, leurs enfants les aiment et il faut pouvoir respecter cet amour, quelles que soient les rancœurs que l’on éprouve envers son père ou sa mère.