AVC : comment le prévenir et le reconnaître ?

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Chaque jour, 52 personnes sont victimes d’un premier accident cardio-vasculaire (AVC) en Belgique. Au niveau mondial, on compte une victime toutes les 5 secondes... Ces "attaques", qui peuvent entraîner des handicaps moteurs et/ou cognitifs, sont donc redoutables.

Pour mieux comprendre en quoi consiste l’AVC et pour apprendre à reconnaître les symptômes qui l’accompagnent, Fiftytoo fait le point.

L’AVC, c’est quoi ?

Un AVC, ou accident vasculaire cérébral, ou attaque cérébrale, est un accident se produisant dans les artères qui amènent le sang au cerveau. Quel type d’accident ? On peut classer les AVC en 4 catégories, selon le type d’accident qui est en cause. On distingue ainsi les thromboses cérébrales, les hémorragies cérébrales, les spasmes artériels et les embolies.

Ces dernières sont les plus fréquentes : il s’agit d’un caillot qui bloque une artère, à la suite d’une maladie cardiaque par exemple. L’hémorragie cérébrale quant à elle est causée par une rupture des parois du vaisseau ; la thrombose est déclenchée par la présence d’un dépôt dans l’artère, qui bloque graduellement l’artère. Enfin, le spasme artériel consiste en une contraction momentanée d’une artère.

Dans tous ces cas, le cerveau vient à manquer d’oxygène. Si ce manque dure trop longtemps, l’accident peut être fatal...

Signes précurseurs et symptômes

Chez la majorité des gens, l’AVC n’est pas précédé de signes avant-coureurs. Lorsque l’accident se produit, par contre, les symptômes sont particulièrement reconnaissables. Ils peuvent apparaître en quelques minutes, et disparaître aussitôt... ou persister pendant plusieurs heures.

Voici les 4 symptômes qui devraient vous alerter :
- la bouche est de travers, ou la commissure des lèvres pend vers le bas
- un bras ou une jambe est paralysé
- l’élocution est difficile, confuse

Lorsque vous constatez ces symptômes, le réflexe doit être immédiat : appeler les secours.

Notez immédiatement le moment auquel les symptômes ont débuté : cette information est cruciale pour le personnel soignant.

Séquelles de l’AVC

Les séquelles d’un AVC peuvent être diverses. La gravité de celles-ci dépend de la gravité de l’accident ainsi que de la rapidité de la prise en charge du patient.

Dans la majorité des cas, les lésions ne touchent qu’un hémisphère du cerveau. Des lésions dans l’hémisphère droit provoqueront par exemple une paralysie (partielle ou totale) du côté gauche du corps, une incapacité à reconnaître des objets familiers, des problèmes d’orientation, des comportements particulièrement impulsifs...

Des lésions dans l’hémisphère gauche provoqueront quant à elles une paralysie (partielle ou totale) du côté droit du corps, des troubles du langage, des comportements particulièrement prudents...

Personnes à risques

Quelles sont les personnes les plus à risque ?
- les 50 et plus : le risque d’AVC double à chaque décennie.
- les hommes : ils ont un risque un peu plus élevé que les femmes
- les personnes souffrant d’hypertension
- les personnes souffrant de diabète
- les personnes ayant trop de cholestérol
- les fumeurs
- les personnes consommant régulièrement de l’alcool (plus de 2 verres pas jour)
- les personnes ayant du surpoids
- les personnes sédentaires

Un conseil : adoptez une hygiène de vie saine et rendez-vous régulièrement chez votre médecin pour faire un bilan.