4 aliments à bannir de votre alimentation

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Le saviez-vous ? Certains aliments, apparemment inoffensifs, sont de véritables dangers pour l’organisme. Gros plan sur 4 d’entre eux, et sur leurs produits de substitution.

La margarine

Aliment industriel par excellence, la margarine contient des huiles végétales partiellement ou totalement hydrogénées (acides gras trans). Leurs effets sur l’organisme sont particulièrement nocifs.

Ces huiles, à l’origine riches en oméga-6 (soja, tournesol, parfois palme ou colza), ont été modifiées, solidifiées, afin d’offrir l’avantage de ne pas rancir. Elles permettent ainsi aux produits qui en contiennent de faire longtemps belle figure dans les rayons de nos supermarchés !

Depuis leur apparition après la Seconde Guerre mondiale, les graisses trans ont déséquilibré la physiologie de l’être humain. Elles sont responsables de nombreux syndromes inflammatoires, de problèmes de surpoids et d’obésité, voire d’infarctus. L’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) considère également que la consommation d’huiles industrielles aurait un impact très important sur le développement de cancers du sein.

Le saviez-vous ? Les spécialistes de la Santé Publique aux Pays-Bas ont été jusqu’à conclure, dans un rapport de 2004, que les acides gras trans provoquaient plus de décès par an que les accidents de la route !

Et les oméga-6, dans tout ça... ? De la famille des acides gras essentiels, que seule l’alimentation peut fournir, les oméga-6 sont nécessaires à notre santé, mais doivent se retrouver au sein de l’organisme dans une proportion précise par rapport aux oméga-3. Malheureusement, les habitudes alimentaires révèlent une tendance à consommer davantage de produits riches en oméga-6 qu’en oméga-3. Cet excès crée un déséquilibre nocif pour la santé.

Autres produits à base d’huiles hydrogénées : chips, biscuits, plats « préparés », quiches, viennoiseries...

Le pain blanc

Ne nous méprenons pas : la consommation de glucides est fondamentale ! Transformés en glucose par la digestion, ils constituent le carburant de l’effort musculaire, le combustible des tissus nerveux et la nourriture principale du cerveau.

Mais il faut distinguer les glucides rapides des lents, en fonction de la vitesse avec laquelle le glucose arrive dans le sang. Les aliments raffinés, à l’instar du pain blanc, provoquent une arrivée très/trop rapide du glucose dans le sang qui, à terme, fatigue et dérègle l’organisme chargé de rétablir l’équilibre. Le raffinage les a également dépourvus des vitamines et minéraux nécessaires à leur assimilation, nutriments qui seront dès lors puisés dans les réserves du corps.

Outre son index glycémique élevé, le pain blanc est considéré comme acidifiant pour l’organisme et pourrait participer, à ce titre, au développement d’une acidose tissulaire. Cet état pathologique a pour conséquence, entre autres, de provoquer l’épuisement des réserves naturelles en Calcium et Magnésium. Or la carence en ces minéraux, redoutée par de nombreux seniors, a une incidence sur la fragilisation du tissu osseux !

Existe-t-il une alternative ? Oui ! Privilégiez le pain complet, idéalement bio, d’épeautre et au levain. Cette méthode de fermentation aurait la réputation de favoriser l’assimilation des vitamines et minéraux au sein de l’organisme. Quant à l’épeautre, il s’agit d’une céréale rustique peu hybridée et par conséquent, plus digeste !

Autres sucres naturels raffinés : pâtes blanches, céréales raffinées, sucre de canne, sucre blanc, cassonade...

Les fritures

Quel que soit l’aliment choisi, légume ou croquettes au fromage, ce mode de cuisson est nocif pour la santé !

- D’une part, la friture provoque une perte de qualité nutritionnelle qui ôte à l’aliment tout intérêt biologique.
- D’autre part, les cuissons à haute température (plus de 120°C) génèrent des molécules toxiques qui encrassent et rongent notre organisme de l’intérieur ! En résumé, les mots frire, rôtir, toaster, devraient évoquer davantage un sentiment de mal-être que faire penser à des odeurs alléchantes !

Doit-on pour autant renoncer à la cuisson ? Non, rassurez-vous ! La cuisson est d’ailleurs indispensable pour permettre l’assimilation de certains aliments (légumineuses, pommes de terre, châtaignes, céréales...). Si toute cuisson altère la composition nutritionnelle de l’aliment, seule une température supérieure à 100°C provoque des dégâts sérieux.

Il existe plusieurs modes de cuisson alternatifs : à la vapeur, au four à moins de 100°C, à l’étouffée. Les aliments cuits selon ces différentes méthodes conservent une bonne partie de leurs nutriments (vitamines, minéraux,…) et il suffit de les agrémenter d’herbes aromatiques et de condiments pour en exalter les parfums !

Faites le test ! Après l’avoir nappée de tamari, faites cuire une belle pièce de bœuf de 600g, au four, à 85°, pendant 1h30. Et savourez sa tendreté…

Les produits laitiers « conventionnels »

Malgré la polémique, nombreux sont ceux qui pensent encore que boire du lait aide à prévenir les fractures liées à l’ostéoporose.

Faire le test « Le lait : vrai ou faux ».

P.-S.

- Anticancer, D. Servan-Schreiber, Editions Robert Laffont 2007-2010 (margarine)
- Vitalité Gourmande, P. Grégoire, F. De Keuleneer, Editions Françoise Blouard, 2004 (pain blanc)
- www.bio-info.be
- Bioinfo n°98, avril 2010
- Les 5 piliers de l’Alimentation Vive, P. Grégoire et D. de Brouwer, Editions - Soliflor 2008 (friture)
- www.ateliersante.ch
- www.veganimal.info
- www.lanutrition.fr
- www.bio-info.be
- Anticancer, D. Servan-Schreiber, Editions Robert Laffont 2007-2010
- Nutrithérapie, Dr J-P Curtay, Testez Editions 2008 (lait)