Le testament de Jean-Luc Delarue pourrait relancer la polémique

En parler sur le forum Imprimer Envoyer à un ami

Le testament de Jean-Luc Delarue, révélé dimanche par le JDD, pourrait relancer la polémique entre ses proches, qui s’étaient déjà opposés sur les conditions de l’enterrement de l’animateur de télévision, décédé fin août à l’âge de 48 ans.

Selon le texte manuscrit du testament en date du 16 février dernier, Jean-Luc Delarue lègue deux biens immobiliers et les pièces majeures de sa collection d’art à Anissa, qu’il avait épousée trois mois plus tard, tandis que la société Réservoir Prod, dont la valeur est incertaine, reviendra à son fils Jean, 5 ans, né d’une précédente union.

"Dans les grandes lignes, c’est bien ce qui est prévu" par le testament, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

La fortune de l’animateur est évaluée par le Journal du Dimanche "à grands traits" à 30 millions d’euros.

Les biens immobiliers sont un appartement de 370 mètres carrés rue Bonaparte, à Paris (VIe arrondissement), et une résidence secondaire à Belle-Ile-en-mer (Morbihan).

Les biens légués au fils ne sont pas identifiés précisément dans le testament, qui parle seulement du "reste de ses biens et de ses oeuvres d’art", mais ils incluent Réservoir Prod, la société de production qui a fait la fortune de l’animateur.

"La question est de savoir combien vaut Réservoir Prod sans Jean-Luc Delarue", relève un expert judiciaire consulté par le JDD.

Selon Philippe Bailly, président du cabinet d’études spécialisé dans les médias NPA Conseil, interrogé par l’AFP, "la société avait déjà vu sa valeur se réduire ces dernières années".

Elle produit actuellement l’émission quotidienne "Toute une histoire", présentée par Sophie Davant sur France 2, "Maison à vendre" sur M6 et "Tellement vrai" sur NRJ 12.

Dans un codicille rédigé le 3 juillet dernier, moins de deux mois avant son décès, l’animateur précisait qu’il souhaitait léguer à son épouse "le maximum en pleine propriété prévu par la loi", c’est-à-dire 50% de ses biens.

Ni le testament, ni le codicille rédigé ne mentionnent les parents de l’animateur, ni le reste de sa famille.